DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le pouvoir bahreïni choisit la force

Vous lisez:

Le pouvoir bahreïni choisit la force

Taille du texte Aa Aa

L’opposition  chiite au Parlement annonce son intention de se retirer de l’Assemblée. Sa réponse à l’assaut meurtrier de la police cette nuit sur la place de la Perle, et le déploiement des blindés.

Les autorités qui affirment avoir pris toutes les mesures pour rétablir l’ordre ont voulu mettre fin à trois jours de manifestations dans ce petit pays du Golfe. C’est la majorité chiite qui proteste dans cet archipel dirigé par une monarchie sunnite, elle se sent discriminée et réclame le départ du Premier ministre, l’oncle du roi, au pouvoir depuis 40 ans.
 
 
Dans la nuit, dans la capitale, la police a donc attaqué les manifestants. Ils avaient installé des tentes sur la place, épicentre de la contestation. L’attaque a été soudaine et meurtrière : au moins 4 personnes ont été tuées et 230 blessées. Les forces anti-émeutes ont délogé les manifestants pendant leur sommeil, à coup de gaz lacrymogènes mais aussi selon l’opposition de balles en caoutchouc et à fragmentation. Des violences visibles sur les corps des blessés. L’opposition évoque aussi 60 disparus. Les monarchies pétrolières du Golfe doivent tenir ce jeudi soir une réunion extraordinaire à Manama pour soutenir Bahreïn.
 
Le principal parti d’opposition chiite a condamné l’intervention policière, et accuse les forces de police “d’avoir eu la volonté de tuer”.