DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La jeunesse est au coeur de la révolte en Libye

Vous lisez:

La jeunesse est au coeur de la révolte en Libye

Taille du texte Aa Aa

Les scénarii tunisien et égyptien s’appliquent à la Libye. Ce sont aussi les jeunes qui sont en pointe de la révolte grâce à internet. Ce sont eux qui paient le plus lourd tribut, en tombant sous les balles des forces de l’ordre, notamment dans les villes de Benghazi et d’Al-Baïda.

euronews a interrogé l’avocat libyen Hadi Chellouf. Opposant au régime du colonel Kadhafi, il a dû s’exiler en France où il a fondé son propre mouvement d’opposition. Il est aussi professeur de droit.

Comment évolue la situation ? lui a demandé Sami Fradi.

Hadi Chellouf:

“Le soulèvement populaire se propage dans tout le pays, plus fortement dans l’est, l’ouest et le sud. La colère est grande. Dans toutes les régions, les gens refusent le régime de Kadhafi. Ils demandent que Mouammar Kadhafi quitte le pouvoir.”

Sami Fradi:

“Les manifestations sont-elles organisées de l’intérieur ou de l’extérieur du pays ?”

Hadi Chellouf:

“Il n’y a certainement aucun mouvement qui pilote ce soulèvement. C’est une révolte populaire qui trouve sa source au sein de la jeunesse libyenne et de la population en général. Les Libyens découvrent après 42 ans que le régime en place n’est pas seulement une dictature mais aussi un régime qui a gaspillé les richesses du pays. Certains exigent déjà que les dirigeants soient traduits en justice pour les crimes qu’ils ont commis, et que l’argent qui a été dérobé soit restitué”.

Sami Fradi:

“S’agit-il d’une rébellion civile ou d’un conflit entre groupes tribaux qui sont pour ou contre le pouvoir ?”

Hadi Chellouf:

“Il n’y a aucun conflit entre tribus ou entre clans en Libye. Ce n’est pas non plus une rébellion mais une révolte afin de réclamer un Etat de droit et des institutions démocratiques. Nous, les opposants, demandons qu’un gouvernement transitoire soit formé dès que le régime chutera. Nous voudrions aussi qu’une commission soit formée pour rédiger une nouvelle Constitution. Nous passerions alors d’une situation chaotique à un Etat de droit”.

Sami Fradi:

“Quel est l’avenir pour ce soulèvement ?”

Hadi Chellouf:

“Les manifestations vont continuer jusqu‘à la chute du régime libyen, et l’arrestation de tous ses complices. L’opposition demandera qu’ils soient jugés selon la loi”.