DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les nouveaux médias et la révolution Egyptienne

Vous lisez:

Les nouveaux médias et la révolution Egyptienne

Taille du texte Aa Aa

Les réseaux sociaux sur internet et les nouvelles technologies de l’information ont joué un grand rôle dans la révolution égyptienne.

A l’occasion du Mobile World Congress, euronews a rencontré à Barcelone Khaled Ismaïl, administrateur de l’Itida, l‘émanation du ministère de la Communication égyptien pour les nouvelles technologie.

Il est revenu pour nous sur le déroulement du mouvement qui a permis au peuple de chasser Hosni Moubarak du pouvoir.

“Sachez que dans le pays il y a 70 millions de mobiles entre les mains des Egyptiens. En gros, tout le monde à un appareil électronique aujourd’hui. Autant que je sache, le groupe qui a organisé le premier rassemblement a utilisé différents moyens et technologies de communication pour se mettre d’accord sur la date ou pour faire certaines choses. Mais une fois sur la Place Tahrir, ces moyens sont devenus leurs outils. Ils ne portaient pas d’armes, ils ne portaient rien, c‘était très pacifique. Les seuls outils qu’ils avaient entre leurs mains étaient leur mobiles : ils s’appelaient, ils communiquaient, ils twittaient, ils ont fait tout ce qui était possible pour entretenir le mouvement”.

A un moment donné, les autorités égyptiennes ont tenté de couper l’accès à internet, néanmoins, les contestataires ont réussi à maintenir la pression. Khaled Ismaïl nous explique comment : “Très rapidement, quelques minutes après la coupure, de nombreuses personnes, moi y compris, ont trouvé un moyen de se connecter, par le biais de serveurs proxys à l‘étranger, en Europe, en utilisant des lignes privées et ils ont tout fait pour maintenir ces connections de fortune et ainsi garder le mouvement en vie. Si l‘état avait tout coupé, à 100%, cela aurait vraiment entravé le mouvement. C’est vraiment quelque chose que les gens vont garder en mémoire pendant de nombreuses années”, conclu Khaled Ismaïl.