DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Twitter entre en guerre avec ses anciens amis

Vous lisez:

Twitter entre en guerre avec ses anciens amis

Taille du texte Aa Aa

Twitter a-t-il déclaré la guerre aux applications qui ont contribué à son succès ? C’est en tout cas ce que suggère le bras de fer, engagé durant le week-end et résolu ce lundi, entre Twitter et l’entreprise UberMedia.

Bref rappel des faits.
Vendredi après-midi, Twitter annonce avoir bloqué trois programmes développés par UberMedia et permettant d’accéder à Twitter. La raison officielle de cette coupure soudaine : “violation des conditions d’utilisation des applications tierces” (API). L’accès à UberSocial (anciennement UberTwitter – pour Blackberry et iPhone), TwiDroyd (pour Android) et UberCurrent (pour iPhone) est ainsi fermé. UberMedia réagit rapidement. Son directeur, Bill Gross, annonce avoir engagé des discussions avec Twitter et avoir appliqué les modifications qui leur ont été demandées. Mais les deux entreprises ne parviennent pas tout de suite à un accord. Dimanche, UberMedia annonce finalement que les applications UberSocial et TwiDroyd, mises à jour, sont à nouveau disponibles et lundi c’est au tour d’UberCurrent.

La coupure n’aura duré que deux jours et demi mais n’est pas passée inaperçue. En effet, plusieurs utilisateurs des applications d’UberMedia notent, non sans amertume, que Twitter semble avoir profité de ces coupures pour promouvoir ses propres applications pour mobiles. Dans un échange sur le site de questions / réponses Quora, un utilisateur s’interroge : “bien sûr c’est une pure coïncidence si le jour-même où elles [les applications] sont suspendues, Twitter démarre une campagne de tweets publicitaires sur #TwitterMobile”.

Sur sa page d’aide, le réseau social recommande en effet aux utilisateurs malheureux de ces applications fermées de télécharger et d’utiliser “Twitter pour Blackberry, Twitter pour Android et les autres applications Twitter officielles”. Le site conseille aussi l’utilisation de ses programmes officiels aux abonnés des applications incriminées par des messages automatiques envoyés juste avant la coupure.

Cet effort significatif de communication correspond à un changement de stratégie opéré par Twitter depuis le mois d’avril 2010. Après avoir travaillé sur le coeur du site – le flux de messages – et laissé les services comme le moteur de recherche, le partage d’images ou le raccourcissement des URLs à des sociétés tierces, l’entreprise semble vouloir reprendre la main. Fred Wilson, qui a investi dans la société, résumait ainsi la situation : “je pense que la période où [d’autres doivent] boucher les trous dans le service de Twitter est terminée.” Depuis, le réseau social a amélioré son site, racheté certaines de ces entreprises tierces, comme Tweetie et développé, donc, ses propres applications mobiles ou pour ordinateur.

Ces nouveaux choix ne sont pas étrangers à la question des revenus que Twitter cherchent à pérenniser. Question d’autant plus cruciale que l’entreprise offre son service gratuitement à ses abonnés. C’est donc d’un oeil inquiet qu’elle observe le succès grandissant de sociétés travaillant autour de son code source, notamment UberMedia. En effet, cette dernière vient de racheter Echofon, une des applications tierces les plus utilisées pour accéder à Twitter. Elle a aussi réussi à lever 17,5 millions de dollars d’investissement sur fond de rumeurs d’acquisition de TweetDeck, l’autre grande application tierce.

L‘émulation technologique que créait le système ouvert de Twitter laisse donc peu à peu place à une véritable guerre économique comme l’expliquent les blogs Techcrunch ou GigaOM. Ce dernier ironise en parlant d’“un boulet de canon tiré depuis le siège de Twitter tout droit sur la proue d’UberMedia”.

Michael Robertson, un homme d’affaire, explique sur Quora comment Twitter risque de se voir dépouiller de ressources sur sa propre technologie : “Bill Gross est un homme ingénieux. Il a inventé le modèle économique de Google et il l’a exporté chez UberMedia pour l’appliquer à Twitter. Il a trouvé un meilleur moyen de faire de l’argent avec Twitter que Twitter.”

Marie Jamet