DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le pétrole : élément clé de la crise libyenne?


Libye

Le pétrole : élément clé de la crise libyenne?

La Libye n’est ni la Tunisie, ni l’Égypte. Les différences sont d’abord liées aux ressources naturelles, principalement au pétrole. Tripoli possède en effet une manne pétrolière considérable. Elle handicape d’une part les Européens et sert d’autre part les arguments du régime. Le fils Kadhafi a fait planer la menace : « Vous allez devoir émigrer car ce sera la fin du pétrole. Les compagnies pétrolières vont quitter la Libye, les étrangers aussi. Les installations pétrolières vont s’arrêter de fonctionner et il n’y aura plus de pétrole », a déclaré à la télévision Saïf Al-Islam Kadhafi.

Après avoir été mis au ban de la communauté internationale, la Libye est redevenue fréquentable en 2004 suite à l’abandon de son programme d’armement et aux accords sur Lockerbie. Depuis, le commerce de l’or noir entre l’Europe et Tripoli tourne à plein régime.

La Libye est le 4ème producteur de pétrole d’Afrique. Sa production est estimée à 1,8 millions de barils par jour. 80% des exportations vont vers l’Europe, l’Italie en tête. Pour la Libye aussi, l’enjeu est de taille : Le pays tire la majorité de ses revenus de l’or noir et du gaz et exporte la quasi totalité de sa production. Ses réserves en pétrole sont les plus importantes du continent. Et pourtant, elles ne représentent que 3% des réserves mondiales.

Pour les observateurs, l’Europe pourrait donc survire sans le brut libyen, à l’exception sans doute de l’Italie dont l‘économie reste étroitement liée à l’ancienne colonie.

La Libye détient en effet plus de 3,6 milliards d’euros de parts directes dans plusieurs Groupes italiens : le géant pétrolier ENI, le groupe aéronautique Finmeccanica, la banque Unicredit, Fiat et même la Juventus de Turin.

Et que dire de la menace qui plane sur le peuple libyen? Si le commerce du pétrole s’effondre avec le régime, la population en souffrira certainement. Mais les Libyens ont-ils profité de l’argent du pétrole? Pas vraiment selon l’ancien secrétaire d’État aux affaires étrangères, Kim Howells : « Il y avait plein d’argent à dépenser, de l’argent tiré du pétrole. Il aurait pu l’utiliser pour améliorer la condition de vie de la population. C’est extraordinaire : nous avons affaire à quelqu’un qui est au pouvoir depuis plus de 40 ans et qui n’a jamais utilisé cet argent pour son peuple ».

Entre menaces et dépendances… Le pétrole constitue la principale problématique de la crise libyenne, aussi bien pour le peuple Libyen que pour l’Occident.

Des milliers d'Egyptiens et de Tunisiens fuient la Libye et retournent chez eux

Libye

Des milliers d'Egyptiens et de Tunisiens fuient la Libye et retournent chez eux