DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ONU condamne la répression meurtrière en Libye

Vous lisez:

L'ONU condamne la répression meurtrière en Libye

Taille du texte Aa Aa

Réuni à New York, le Conseil de sécurité de l’Onu a condamné la répression sanglante du mouvement de révolte en Libye et unanimement demandé que les responsables soient poursuivis. Maria Luiza Ribeiro Viotti, sa présidente, a haussé le ton.

“Les membres du Conseil de sécurité sont gravement préoccupés par la situation en Libye. Ils condamnent la violence et l’usage de la force contre des civils, déplorent la répression contre des manifestants pacifiques, et expriment leur profond regret suite à la mort de centaines de civils.”

En visite au Caire, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a dit déplorer les violences, appelant chacun à la retenue. Elle s’est abstenue en revanche de nommer expressément Mouammar Kadhafi.

“J’appelle les autorités à écouter les aspirations et revendications de leur peuple. J’ai convoqué une réunion des ambassadeurs de l’UE pour discuter des mesures qui peuvent être prises dès maintenant.”

Beaucoup de gravité également dans la voix de la secrétaire d’Etat américaine qui a évoqué un bain de sang totalement inacceptable.

“Les États-Unis continuent de regarder la situation en Libye avec inquiétude. Nos pensées et nos prières vont à ceux dont les vies ont été perdues et à leurs proches, et nous nous joignons à la communauté internationale pour condamner fermement les violences au regard des derniers rapports faisant état de centaines de morts et de nombreux blessés”, a déclaré Hillary Clinton.

Une désaffection qui gagne aussi le gouvernement libyen. Après le ministre de la justice, c’est celui de l’intérieur qui a démissionné de ses fonctions. Il appelle l’armée à se joindre aux opposants.