DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Immigration : l'Italie a peur de revivre le cauchemar des années 90

Vous lisez:

Immigration : l'Italie a peur de revivre le cauchemar des années 90

Taille du texte Aa Aa

Le pire de cauchemar de l’Italie serait de revivre la situation vécue lorsque les Albanais ont massivement afflué dans les années 90.

Les Italiens ont encore en tête les images poignantes d‘énormes bateaux déversant des milliers de migrants sur les côtes sud de la péninsule.

Pour faire face à une catastrophe dont l’ampleur pourrait être 5 à 10 fois supérieure, les six pays européens bordés par la Méditerranée demandent des moyens à l‘échelle de l’Union.

“On demande la création d’un fond spécial européen de solidarité qui permettra à nos pays d’affronter l’impact des crises humanitaires comme celles en cours. Un fond qui donnera les ressources nécessaires et qui sera à la charge de tous les pays européens, à la charge de l’Europe”, explique le ministre italien de l’Intérieur Roberto Maroni.

Si le régime Kadhafi tombe, l’exode sera massif, “biblique” n’hésitent pas à dire les Italiens.

Jusqu‘à présent la Libye jouait un véritable rôle de rempart contre le départ vers l’Europe de centaines de milliers de candidats à l‘émigration en provenance d’Afrique sub-saharienne.

Rome et Tripoli avaient conclu des accords en 2008 qui avaient permis, selon les autorités italiennes, de réduire de 94% les débarquements de clandestins dans la péninsule.

Depuis dimanche, la mission Hermès de Frontex est déployée. L’agence européenne dispose de moyens aériens et navals pour surveiller les frontières. Frontex estime qu’il y aurait entre 500.000 et 1,5 millions migrants prêts à tout tenter pour mettre les pieds en Europe.