DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise lybienne est-elle vraiment la seule responsable de l'envolée des cours du pétrole ?

Vous lisez:

La crise lybienne est-elle vraiment la seule responsable de l'envolée des cours du pétrole ?

Taille du texte Aa Aa

L’or noir flambe depuis plusieurs jours et retrouve des sommets qu’il n’avait plus atteint depuis septembre 2008.

Le déchaînement de violences sur le territoire lybien ne plaît pas aux marchés comme l’explique cet analyste : “Le marché réagit vraiment mal car ils craint l’incertitude. On ne sait pas si la situation en Lybie va s‘étendre. On ne sait pas quel sera l’impact sur les exportations de pétrole”.

La peur d’une contagion des révoltes à l’Arabie Saoudite, un des grands producteurs de brut pèse également. Son ministre du pétrole tente de rassurer : “Tout ce désordre n’est pas dû à une pénurie de production. L’OPEP et l’Arabie Saoudite accroîtront leur production s’il y a une diminution de l’offre. Nous l’avons déjà fait dans le passé et nous avons réussi à fournir le marché et à retrouver la stabilité”.

La Lybie n’assure que 2% de la production mondiale et c’est surtout l’Europe qui est dépendante des exportations de Tripoli, notamment l’Italie.

Mais outre la crise libyenne et le risque de contagion, les observateurs mettent aussi en avant la spéculation sur le pétrole sur fond de reprise économique dans plusieurs parties du monde : “La croissance chinoise est très forte, celle du Brésil aussi, l’Amérique du Nord est également sur ce chemin et l’Allemagne a réalisé sa meilleure performance économique depuis 20 ans. Il y a une croissance mondiale et cette dernière implique des besoins croissants en pétrole. Les tensions au Moyen-Orient ne sont pas les seules responsables de cette hausse”, précise cet analyste.

Le prix de l’essence à la pompe se veut lui aussi croissants au grand désespoir des automobilistes. Une hausse qui est loin d’avoir fini sa course effrénée, et dont la Lybie ne peut être tenue pour l’unique responsable.