DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une catastrophe humanitaire en cours en Côte d'Ivoire

Vous lisez:

Une catastrophe humanitaire en cours en Côte d'Ivoire

Taille du texte Aa Aa

Alors que tous les regards sont focalisés sur les événements d’Afrique du Nord, une crise majeure se déroule dans l’ouest du continent. Les craintes redoublent à propos de la Côte d’Ivoire où les suites de l‘élection présidentielle de novembre pourraient tourner à une véritable catastrophe humanitaire.

Des dizaines de milliers d’Ivoiriens ont été contraints de prendre la route de l’exil pour fuir les violents affrontements entre les militaires fidèles au président sortant Laurent Gbagbo et les forces d’Alassane Ouattara, le président reconnu par la communauté internationale.

La plupart fuient vers le Libéria voisin.

On estime à 40 000 le nombre de réfugiés vers ce voisin bien pauvre et, selon les organisations humanitaires, ce chiffre pourrait s‘élever à 100 000 d’ici avril.

Pour ne rien arranger, la saison des pluies approche, rendant plus urgente encore la fourniture de médicaments, d’eau, de nourriture et d’abris pour la population.

La violence et la division, ce n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire. L‘élection présidentielle de novembre avait précisément été présentée comme un moyen de sortir de huit ans de guerre civile et de réunir enfin le pays divisé entre nord et sud.

Une guerre qui avait coûté la vie à des centaines de personnes et entraîné le déplacement de milliers de personnes.

Par ailleurs, les troubles actuels pourraient avoir des conséquences désastreuses sur l‘économie du premier exportateur mondial de cacao.

Le prix des graines est déjà monté en flèche, atteignant un niveau jamais atteint depuis 32 ans.

La filière cacao a déjà vu son activité fortement réduite en raison de l’embargo imposé par Alassane Ouattara et des sanctions prises par l’Union européenne.

Les efforts déployés par l’Union africaine et les Nations unies sont restés vains pour l’heure. Et les craintes d’une nouvelle guerre civile refont surface alors que la communauté internationale a désormais les yeux ailleurs.