DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La communauté internationale est divisée sur une interdiction aérienne de la Libye

Vous lisez:

La communauté internationale est divisée sur une interdiction aérienne de la Libye

Taille du texte Aa Aa

Les Nations unies ont en revanche voté à l’unanimité l’exclusion de Tripoli de leur Conseil des droits de l’Homme.

Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-Moon a de nouveau appelé “à la fin immédiate des violences contre les civils et le respect de leurs droits humains fondamentaux. Il a également recommandé que le Conseil de Sécurité en réfère à la Cour pénale internationale sur la situation en Libye. Il s’agit d’un message fort : Il n’y a pas d’impunité, ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité seront punis”.

Washington veut aller plus vite et surtout plus loin. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a averti “que toutes les options étaient ouvertes tant que le gouvernement lybien continuera à agir contre son propre peuple. Toute la région change et les Etats-Unis doivent donner selon elle une réponse forte et stratégique à cette crise. Dans les années à venir, la Libye pourrait devenir une démocratie pacifique ou faire face à une guerre civile prolongée voire au chaos. Les enjeux sont importants”.

Washington a annoncé hier l’envoi en direction de la Libye de deux navires de guerre et de 400 marines.

L’instauration d’une zone d’exclusion aérienne est étudiée, recommandée même par le Sénat américain. Londres y est favorable même sans feu vert de l’Onu. La France s’y oppose. Pas de consensus également au sein de l’Union européenne et de l’Otan.