DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tunis a besoin de moyens de transports pour évacuer les réfugiés venus de Libye


Tunisie

Tunis a besoin de moyens de transports pour évacuer les réfugiés venus de Libye

Le camp de réfugiés de Choucha à quelques kilomètres de la frontière avec la Libye ne cesse de s’agrandir en Tunisie. L’armée y est bien présente, mais pas seulement pour assurer la sécurité. Elle a installé des abris, des sanitaires, des hôpitaux de campagne où une femme aurait même accouché. Des militaires et des bénévoles préparent également des repas pour les réfugiés.

Découvrez notre dossier

“La procédure se fait en plusieurs étapes, explique un médecin de l’armée. On prend d’abord les refugiés de Ras jedir. On les transporte après jusque dans ce camp où on les enregistre. Car il faut enregistrer tous les réfugiés. Après, ils passent un examen médical. C’est obligatoire pour éviter une éventuelle épidémie.”

La ministre tunisienne de la Santé publique était sur place ce mercredi. Son message sur les aides dont a besoin son pays est clair. “Nous n’avons pas besoin d’aide pour que les gens s’installent ici. Nous avons besoin d’aide pour que les gens partent. Cela veut dire que nous avons besoin de bateaux, d’avions, mais surtout de bateaux”.

Car les réfugiés égyptiens et notamment bangladais veulent être rapatriés dans leur pays.

Notre reporter Jamel Ezzedini soulignait ce mercredi que de nouveaux groupes de réfugiés gagnaient presque chaque heure le camp de réfugiés de Choucha situé à six kilomètres de Ras Jedir. (…) La situation humanitaire s’améliore ici

progressivement aprés l’arrivée des aides du gouvernent tunisien et des organisations internationales”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ruby au bal de Vienne en plein scandale en Italie