DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris et Londres disent oui à une zone d'exclusion aérienne en Libye

Vous lisez:

Paris et Londres disent oui à une zone d'exclusion aérienne en Libye

Taille du texte Aa Aa

Tout faire pour augmenter la pression sur le colonel Kadhafi. C’est l’objectif affiché par la France et la Grande-Bretagne qui se disent prêtes à soutenir la création d’une zone d’exclusion aérienne en Libye si la force continue d‘être utilisée contre les civils.

Pour Alain Juppé, le chef de la diplomatie française et son homologue britannique Wiliam Hague réunis jeudi à Paris, l’idée doit avoir un large soutien international.

“La France approuve l’organisation par l’OTAN de ce qu’on appelle une zone d’exclusion aérienne en Libye.” a déclaré Alain Juppé.

“Nous avons aussi convenu que la communauté internationale, les Etats-Unis et nos autres partenaires, doivent continuer à prévoir différentes possibilités y compris une zone d’exclusion aérienne pour s’assurer une réponse rapide et ferme aux évènements en Libye.” a ajouté William Hague.

Cette mesure a déjà été utilisée en Bosnie et au Kosovo. La résolution de l’ONU visait alors à arrêter les massacres.

En Irak, à l’issue de la Guerre du Golfe, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France avaient pris la décision pour protéger les populations kurdes et chiites.

L’option est loin de faire l’unanimité car mettre en place une telle zone d’exclusion suppose d’abord d’attaquer la Libye. Pas sûre que la communauté internationale veuille s’engager dans une nouvelle guerre.