DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Didier Reynders, ministre belge des Finances : "La Belgique n'est pas l'Allemagne"

Vous lisez:

Didier Reynders, ministre belge des Finances : "La Belgique n'est pas l'Allemagne"

Taille du texte Aa Aa

Didier Reynders, le ministre belge des Finances précise la position de la Belgique et défend un système soutenu par le commissaire européen aux affaires économiques Olli Rehn.

Sergio Cantone, euronews

Comprenez-vous pourquoi l’Allemagne et la France veulent mettre fin à ce système liant inflation et salaires?

Didier Reynders, ministre belge des Finances

“Je peux comprendre la démarche, surtout du côté allemand, où il y a eu une modération salariale pendant de très longues années, mais l’Allemagne aujourd’hui est en train d’accorder des augmentations salariales plus fortes que celles que nous décidons en Belgique. Donc ce que je demande, c’est que l’on regarde la réalité. Et puis je me tourne vers la France, et je pourrais parler del’Espagne ou d’autres pays, il faut un peu regarder les chiffres également. En Belgique, nous allons nous retrouver avec un déficit un peu inférieur à 4% du Produit Intérieur Brut.

euronews

“Ils (=les manifestants) ne veulent pas de modèle social allemand ?

Didier Reynders

“Simplement ils ne veulent pas l‘évolution d’une modération salariale trop forte, comme parfois on a connu ces 10 dernières années en Allemagne.

Je crois qu’il faut se rendre compte que si l’on veut de la croissance dans un pays, si on veut développer l’activité économique, c’est pour améliorer le bien-être de l’ensemble de la population.

L’Allemagne, elle, a connu un problème tout à fait spécifique: vous savez qu’on a réunifié l’Allemagne à la fin des années 80, donc il a fallu que l’Allemagne de l’Ouest vienne fortement en aide à l’Allemagne de l’Est, il a fallu faire en sorte que les deux Allemagnes évoluent de la même façon.

Nous ne sommes pas dans cette situation, et donc en Belgique notre préoccupation c’est de dire, si on crée de la croissance, si on prend des décisions économiques, c’est pour que l’ensemble de la population en bénéficie.”