DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye : le difficile chemin du retour pour Ali, maçon ghanéen

Vous lisez:

Libye : le difficile chemin du retour pour Ali, maçon ghanéen

Taille du texte Aa Aa

Parmi les milliers de personnes qui fuient la Libye, il y a de nombreux ressortissants de pays africains. Ils étaient venus là pour travailler, essentiellement comme ouvriers. Mais voilà, avec le soulèvement populaire, certains ont été pris pour des mercenaires à la solde de Kadhafi. Très mal vus, donc de la part des rebelles. Et dans le même temps, les partisans de Kadhafi les prennent à parti lorsqu’ils veulent fuir le pays.

Ali est Ghanéen. Il était maçon dans une entreprise de bâtiment. “Certains Libyens disent que les noirs tuent des civils. Mais, assure-t-il, aucun Ghanéen n’a tué de Libyen. Mais à cause de ces accusations, on est obligé de fuir le pays pour sauver notre peau”.

D’après Ali, de nombreux Ghanéens sont encore bloqués en Libye. Ils espèrent que la communauté internationale ne va pas les oublier. “Tous les soirs, ma femme me téléphone en pleurs. Elle s’inquiète pour moi. Je supplie les Nations unies et l’Union européenne de nous aider à rentrer chez nous”.

Plusieurs pays se mobilisent pour mettre à disposition des moyens de transport aérien ou maritime pour rapatrier les réfugiés dans leur pays d’origine. Ali a déjà pu rejoindre l’aéroport de Djerba. Un pas de plus sur le chemin du retour.

“Des histoires comme celle d’Ali, il y en a beaucoup, explique notre envoyé spécial. Ce sont des hommes venus travailler en Libye, et qui se sont retrouvés au milieu des affrontements entre les partisans de Kadhafi d’un côté, et de l’autre, les jeunes Libyens en colère. La chance d’Ali, c’est d’avoir pu aller de la frontière vers l’aéroport. Tous n’ont pas encore eu cette chance-là”.