DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La détresse des réfugiées somaliennes du camp de Choucha

Vous lisez:

La détresse des réfugiées somaliennes du camp de Choucha

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’on célèbre la journée mondiale de la femme, les réfugiées somaliennes du camp de Choucha rêvent de jours meilleurs. Après avoir avoir fui la Libye, elles espèrent aujourd’hui ne pas être contraintes de rentrer dans leur pays, ravagé depuis 20 ans par la guerre civile.

« On ne savait pas que c‘était la journée de la femme car, comme vous pouvez le voir, nous sommes en plein milieu d’une guerre. Et aujourd’hui, nous sommes obligés de vivre avec nos enfants sous des tentes ». Une autre réfugiée somalienne témoigne : « On avait beaucoup de problèmes en Somalie. Et maintenant, c’est en Libye qu’on a des soucis. On ne sait plus où aller maintenant. Il faut que la communauté internationale nous aide ».

Pour ces réfugiées, la journée mondiale de la femme n’a que peu d’importance comparée à ce qu’elles endurent actuellement. Ce qu’elles espèrent avant tout, c’est en finir au plus vite avec la souffrance. Elles ont tout perdu en Libye y compris l’envie de faire la fête. Car aujourd’hui, elles sont entourées par le désespoir et la tristesse.

De notre correspondant à Choucha, Jamel Ezzedini.