DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un bioplastique plus vert

Vous lisez:

Un bioplastique plus vert

Taille du texte Aa Aa

Elodie Bugnicourt, chef de projet chez IRIS: “Nous avons développé un nouveau bioplastique à base de protéines de lactosérum qui permet aux emballages alimentaires d‘être recyclables.”

Le lactosérum ?… Qu’est-ce que c’est ??

Elodie Bugnicourt : “Le lactosérum, ou petit lait, est un sous-produit de la fabrication du fromage. Il contient environ 7% de matière sèche riche en protéines que l’on peut utiliser dans la fabrication de “wheylayer”, qui en anglais signifie “couche de lactosérum”, notre nouveau bioplastique.”

Et les ressources sont immenses.

En effet, chaque année l’industrie laitière européenne produit 50 millions de tonnes de petit lait et environ 40% de cette production n’est pas réutilisée.

Un projet de l’Union européenne, associée à des entreprises catalanes, est de limiter les pertes…

Le petit lait est récupéré, filtré, séché et transformé en poudre.

Une fine couche de solution protéinée est appliquée rendant ainsi le film plastique résistant à l’oxygène et à la pénétration de la vapeur d’eau.

Cela permet aussi de recycler le plastique lorsqu’il n’est plus utilisé.

Klaus Noller, chef du département du développement des matériaux au Fraunhofer Institute : “Cette protéine de petit-lait peut être dissoute par des enzymes dans l’eau. Les couches sont séparées l’un de l’autre. Le recyclage est alors beaucoup plus simple.”

Et c’est un avantage certain en opposition avec les autres types de plastiques non recycables.

Dans deux ans, cette technologie pourra être développée à l‘échelle industrielle afin de produire des films ou des emballages alimentaires biodégradables.

Elodie Bugnicourt : “Le projet est composé de 14 partenaires, industriels et académiques, qui couvrent les industries du plastique, de l’emballage, du recyclage et de l’ingénierie, et ainsi permettent de couvrir toutes les connaissances nécessaires pour mener à bien ce projet.”

www.wheylayer.eu