DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Union européenne tente de trouver une position commune sur la Libye

Vous lisez:

L'Union européenne tente de trouver une position commune sur la Libye

Taille du texte Aa Aa

Alors que la chancelière allemande Angela Merkel insiste sur la nécessité pour l’Europe de parler d’une seule voix sur le dossier libyen, Paris et Londres font monter la pression en faveur d’une option militaire et de la reconnaissance des rebelles.

Nicolas Sarkozy a d’ailleurs franchi le pas hier en légitimant le Conseil National de Transition qui porte la révolution libyenne.

“Les Anglais et les Français, nous avons dit notre disponibilité, à la condition expresse que les Nations unies le souhaitent, que la Ligue arabe l’accepte et que les autorités libyennes que nous souhaitons voir reconnues (NDLR : le Conseil National de Transition) le désirent, pour des actions ciblées purement défensives”, a déclaré Nicolas Sarkozy à son arrivée à Bruxelles.

Paris propose également la création de zones humanitaires en Afrique du Nord pour gérer la question des dizaines de milliers de personnes déplacées.

“C’est le moment pour l’Europe de dire, ce que nous avons fait par la passé n’a pas toujours fonctionné, aujourd’hui nous devons aider ces pays, leur offrir un nouveau partenariat et leur ouvrir nos marchés”, a ajouté le Premier ministre britannique.

Mais plusieurs pays, dont le Luxembourg préfèrent prendre leur distance avec la France. Le Premier ministre Jean Hasselborn a mis en garde contre tout “geste théâtral” pendant la réunion, en allusion aux frappes aériennes envisagées par Paris.