DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Japon frappé par un tsunami après un violent séisme

Vous lisez:

Le Japon frappé par un tsunami après un violent séisme

Taille du texte Aa Aa

C’est le séisme le plus puissant qui ait jamais frappé le Japon, 8,8-8,9 sur l‘échelle de Richter.  
Il s’est produit en début d’après midi sur l’archipel(15h20), vers 6 heures, heure européenne. Conséquence : l‘île japonaise de Honshu et les côtes du Pacifique sont en alerte maximale au tsunami.
 
La violence du séisme a été d’autant plus forte que la secousse a été ressentie de manière verticale. Ce sont les plus dangereuses selon les sismologues.
 
Le dernier bilan du tremblement de terre fait état d’au moins 26 morts, de nombreux blessés et une dizaine de disparus. Les dégâts sont à priori considérés comme considérables par les autorités.  Des glissements de terrain, des zones inondées, des incendies ont été constatés.
 
Un incendie s’est notamment déclaré dans une centrale nucléaire à Onagawa, dans le nord-est. Il n’y aurait aucune fuite radioactive selon l’opérateur de la centrale. Le gouvernement a toutefois décidé de déclarer une situation d’urgence nucléaire.
 
Plus tôt le Premier ministre Naoto Kan avait affirmé qu’il n’y avait aucune fuite radioactive dans les 5 centrales nucléaires du pays qui se sont arrêtés automatiquement au moment du séisme.
 
Un vaste incendie est aussi toujours en cours dans une raffinerie de pétrole près de Tokyo.
 
Des vagues de 10 mètres ont déjà déferlé sur la côte nord-est du Japon, notamment Sendai.
D’autres points de la côte du Pacifique ont été également touchés par ce tsunami.
  
Les autorités japonaises ont demandé à la population d‘évacuer les côtes, 20.000 personnes ont déjà quitté la région en prévision d‘éventuels nouveaux raz-de-marée. Tous les ports japonais sont fermés. Quatre millions de foyers sont privés d‘électricité.
 
Des avions militaires ont décollé pour évaluer les dégats, des navires ont été envoyés sur zone. Une force d’urgence a été mise sur pied. Le gouvernement est en train de coordonner les secours et les opérations de sauvetages.
 

Les transports aériens, ferroviaires et routiers ont été interrompus à Tokyo, et dans le nord-est.
 
Selon l’agence de météorologie japonaise, le séisme s’est produit à une centaine de kilomètres au large de la côte nord-est de l‘île de Honshu et à une dizaine de km de profondeur. De fortes répliques continuaient d‘être enregistrées quatre heure après, même dans la capitale, située à environ 400 km de l‘épicentre.
 
L’alerte au tsunami a été déclenchée sur toutes les côtes du Pacifique: Russie, Philippines, îles Mariannes, Indonésie mais aussi Australie, Nouvelle-zélande et Amérique du Sud (Chili). Des évacuations ont déjà été ordonnées aux Philippines, aux îles Mariannes et à Hawaï où elles sont en cours sur le littoral. Une cellule d’alerte a été mise en place en Polynésie française.
 
On sait à présent avec certitude que les Philippines et Hawaï vont être touchées dans les heures à venir.
 
C’est le deuxième séisme en l’espace de deux jours au large des côtes nord-est de l’archipel. Selon les sismologues, ce séisme est le plus violent dans le pays depuis 140 ans.
 
En 1923, le séisme de Kanto avait causé la mort de 140.000 personnes. 
Mais il est vrai que les infrastructures japonaises ont été constamment améliorées, notamment depuis le tremblement de terre de Kobé en 1995, tous les bâtiments respectent des normes antisismiques qui ont sans doute sauvé la vie de millions de personnes aujourd’hui et des villes entières.
 
En 1995, le séisme de Kobé d’une magnitude de 7,2 avait fait plus de 6.000 morts.
 
La Russie, la France, et l’Onu se disent prêts à envoyer de l’aide au Japon.