DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La peur du nucléaire ravivée en Europe

Vous lisez:

La peur du nucléaire ravivée en Europe

Taille du texte Aa Aa

La tragédie japonaise a ravivé les pires craintes des Européens face au nucléaire. Alors que ces dernières années, plusieurs pays ont construit des centrales ou choisi leur maintien, l’Autriche tient à rester non nucléarisée et exige de ses partenaires qu’ils redoublent de vigilance :

“Le plus important pour l’Europe, c’est la sûreté. Suite à ce qui s’est passé au Japon, nous devons effectuer des tests de résistance pour voir si nos centrales nucléaires sont résistantes aux tremblements de terre. Il faut tester leur sûreté pour préserver la sécurité des gens. Nous devons faire des tests de résistance”, a martelé le ministre de l’Environnement, Nikolaus Berlakovich.

Quinze États membres sur les vingt-sept ont opté pour le nucléaire, avec le soutien de Bruxelles, qui dit y voir un moindre mal dans la lutte contre le changement climatique.

On dénombre ainsi 146 réacteurs sur le sol européen. Et le nucléaire représente 15% de l‘énergie consommée dans l’Union.

En Allemagne, Angela Merkel avait décidé en 2009 de prolonger la durée de vie des 17 centrales du pays. Face aux protestations grandissantes en période pré-électorale, elle vient de décréter une pause, un moratoire de trois mois, sans toutefois remettre en cause sa politique :

“Fermer les centrales nucléaires en Allemagne pour ensuite importer de l‘énergie nucléaire d’autres pays ne peut pas être notre réponse. La seule réponse raisonnable consiste à avancer sur le chemin des énergies renouvelables, a-t-elle insisté.

Samedi dernier, plus de 50.000 manifestants anti-nucléaires avaient formé une chaîne humaine de 45 kilomètres depuis la ville de Stuttgart jusqu‘à la centrale de Neckarwestheim, l’une des plus anciennes du pays.