DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Renault obligé de rétrograder dans l'affaire d'espionnage industriel

Vous lisez:

Renault obligé de rétrograder dans l'affaire d'espionnage industriel

Taille du texte Aa Aa

La justice a officiellement innocenté les trois cadres de Renault accusés par leur direction d’espionnage industriel au profit de la Chine. Les trois hommes se sont vus proposer de réintégrer la marque au losange mais l’un deux, Michel Balthazard, a refusé cette offre.

Visiblement embarrassé, le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a présenté des excuses publiques à la télévision : « Il semble que nous ayons été trompés. Toute cette affaire est partie d’un certain nombre d’informations qui, manifestement, auraient été tronquées. La première chose que je voudrais dire, c’est présenter mes excuses personnelles et au nom de Renault à Michel Balthazard, Mathieu Tenenbaum et Bertrand Rochette ainsi qu‘à leurs familles et à leurs amis. Je me suis engagé ainsi que l’ensemble de la direction de Renault à les réintégrer et à leur présenter les indemnités qui soient à la mesure du préjudice qu’ils ont subi ».

L’hypothèse d’une escroquerie au renseignement est désormais avancée. L’un des responsables de la sécurité de Renault, qui avait reçu une importante somme d’argent en échange de prétendues preuves, a été mis en examen. L’enquête se poursuit pour arrêter d‘éventuels complices.