DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accidents en cascade liés à l'endommagement des circuits de refroidissement

Vous lisez:

Accidents en cascade liés à l'endommagement des circuits de refroidissement

Taille du texte Aa Aa

Samedi 12 mars, une explosion souffle le bâtiment qui recouvre le réacteur nº 1 de la centrale de Fukushima Daiichi. Hier lundi, une autre explosion se produit sur le site du réacteur nº3. Il est désormais certain que quelque chose ne va pas dans la centrale nucléaire depuis le séisme et le tsunami de vendredi.

Conçus pour résister aux séismes, les systèmes de sécurité de la centrale de Fukushima Daiichi, sont pourtant tombés en panne. Avec ce risque: un réchauffement du coeur des réacteurs. Ceux-ci doivent être en permanence refroidis par de l’eau. En effet, si la température monte jusqu‘à la fusion de l’uranium et des éléments métalliques, un magma hautement radioactif se forme, risquant de percer la cuve.

Lorsque le séisme de magnitude 9 a eu lieu, les réacteurs se sont arrétés comme prévu, mais la coupure d‘électricité qui a suivi a stoppé le circuit de refroidissement d’eau. Un système de refroidissement alternatif va prendre le relais pour baisser la température qui, elle, continue de monter dans le coeur. Mais une heure plus tard les générateurs d’urgence s’arrètent. Les experts pensent qu’ils ont été abimés par le tsunami.

Un troisième système de refroidissement se déclenche. Il convertit la vapeur d’eau qui se forme dans le réacteur en eau qu’il injecte à l’intérieur pour le refroidir. Or ce système va aussi tomber en panne, le niveau d’eau descend, laissant les barres de combustible au sec. La cause la plus probable, c’est une fuite d’eau dans le réacteur.

Le dernier recours pour éviter la fusion alors, c’est remplir le réacteur et sa cuve , d’eau de mer.

Depuis vendredi, à Fukushima Daiichi, des

accidents en cascade liés à l’endommagement des circuits de refroidissement se sont produits dans tous les réacteurs en marche : numéro 1 puis numéro 3, numéro 2 cette nuit… A l’arrêt pour maintenance, le numéro 4 a lui subi un incendie ce matin.

Les experts auront besoin de temps pour comprendre ce qui s’est vraiment passé á Fukushima, mais ils savent maintenant qu’il s’agit d’un événement serieux.