DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Deux miraculés au Japon, les secouristes font un travail de fourmi

Vous lisez:

Deux miraculés au Japon, les secouristes font un travail de fourmi

Taille du texte Aa Aa

Un miracle, quatre jours après le séisme et le tsunami, deux survivants sortent des décombres.

A Ishimaki, non loin de Sendaï, ville la plus proche de l‘épicentre du tremblement de terre, un homme a été retrouvé par les sauveteurs.

A environ 300 kilomètres au nord, dans la petite ville d’Otsuchi, c’est une vieille femme de 70 ans qui a été sortie des décombres. Elle souffre d’hypothermie mais sa vie n’est pas en danger.

Son fils, Hiromi Abe, dit sa joie, incomplète, car son père, lui, est toujours porté disparu…

Mais il a de la chance car plus de la moitié des 17.000 habitants d’Otsuchi manquent à l’appel.

Et la plupart du temps, ce sont des corps sans vie que les secouristes extraient de cette zone dévastée.

Les 100.000 soldats japonais déployés font un travail de fourmi. Des équipes de secouristes étrangers, comme ces Britanniques, les aident dans cette tâche difficile:

“Nous travaillons en équipe avec des Américains et des Chinois. Et l’idée est de progresser lentement, ruines après ruines, véhicules après véhicules pour être sûr de ne rater personne.”

Les sauveteurs luttent contre la montre et contre le froid. La température est descendue en dessous de zéro.

Pour l’heure, la mort de 2.414 personnes a été confirmée, mais le nombre de victimes est toujours estimée à 10.000 par les autorités japonaises.

Sur la côte nord-est, c’est le tsunami qui aura causé le plus de ravage comme l’illustre cette vidéo amateur, tourné à Kamaishi, à quelques klomètres d’Otsuchi…