DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Bahreïn s'enflamme: c'est l'état d'urgence

Vous lisez:

Le Bahreïn s'enflamme: c'est l'état d'urgence

Taille du texte Aa Aa

De nombreuses manifestations ont eu lieu ce mardi dans les villes qui entourent la capitale Manama, et près du pont qui relie le petit royaume insulaire à l’Arabie saoudite.

Il y aurait plus de 200 blessés, et au moins quatre morts.

Selon l’opposition, des manifestants auraient été confrontés aux troupes saoudiennes.

Le roi Hamad Bin Isa Al-Khalifa a déclaré l’Etat d’urgence pour trois mois au lendemain de l’arrivée de troupes du bouclier de la péninsule, la force armée du conseil de coopération du Golfe.

Ces 1.000 soldats saoudiens sont venus à la demande du roi pour aider le gouvernement à contenir la contestation populaire qui secoue le pays et surtout la capitale depuis le 14 février.

Au niveau régional, cette arrivée de troupes du golfe a été vivement critiquée par l’Iran. Le régime chiite iranien appuie la révolte au Bahreïn où la majorité chiite se sent lésée par la monarchie sunnite de la dynastie Al-Khalifa.

“Ce type d’ingérence, de répression, d’aggravation de la situation, de violence ne résoud rien” à déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Le mouvement de protestation au Bahreïn entend obtenir la démission du gouvernement et des réformes pour aller vers une monarchie constitutionnelle.

La place de la perle à Manama continue d‘être le symbole de la contestation.