DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Témoignage de Fukushima : "nous sommes stressés; l'essence est rationnée"

Vous lisez:

Témoignage de Fukushima : "nous sommes stressés; l'essence est rationnée"

Taille du texte Aa Aa

Inquiétude, confiance, insousiance…

Dans quel état esprit les populations locales de Fukushima sont-elles en ce moment ?

Graham Chave, un Néo-Zélandais qui vit là-bas, répond à Euronews.

Euronews :

Parlez—nous de vos amis, vos voisins, et les gens autour de vous… Que pensent-ils, que disent-ils, de quoi parlent ils ?

Graham Chave :

Mes amis étrangers ont déjà quitté Fukushima, ils se sont rendus pour la plupart vers l’ouest du pays, de l’autre côté, en fait ce n’est pas très loin. Quant aux Japonais, très peu d’entre eux bougent, peut-être que c’est du fatalisme, peut-être que c’est leur confiance dans le gouvernement. Je n’ai entendu parler d’aucun Japonais qui aurait quitté la région, il n’y a pas eu d’ordre d‘évacuation à Fukushima, et donc les Japonais attendent calmement et font des provisions.

Pour les supermarchés, il y avait environ une heure et demie d’attente pour y entrer, mais une fois à l’intérieur nous avons acheté plein de choses et nous sommes ressortis avec d‘énormes quantités de nourriture. Le seul problème aujourd’hui c’est de trouver de l’essence. C’est très dur d’en trouver et on ne peut pas prendre plus de 15 euros.

Euronews :

Pourquoi êtes vous toujours ici, Graham ?

Graham Chave :

Le transport est un vrai problème, vraiment c’est difficile de partir, mais si il y avait soudain un nuage radioactif qui arrivait, alors on monterait das la voiture et on partirait aussitôt.

Le manque d’essence est un facteur déterminant très fort et on ne peut pas vraiment se permettre de dire “ok on s’en va, on prend la route et on roule 800km”.

Euronews :

La vie de tous les jours à Fukushima continue t-elle normalement ?

Graham Chave :

Je ne suis pas rassuré. Je suis plutôt nerveux en fait. Il y a eu une série de répliques hier qui ont vraiment fini par me stresser… En une demi-heure nous avons eu une dizaine de secousses et à chaque fois la maison bouge un peu et c’est comme si j’avais le coeur dans la gorge. Je suis alors très inquiet, faut-il que je descende les escaliers… Les voisins aussi sont stressés. Un camion passe, la maison tangue à nouveau, est-ce une nouvelle secousse ? Les gens sont plutôt inquiets.