DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand la neige vient s'ajouter au désespoir

Vous lisez:

Quand la neige vient s'ajouter au désespoir

Taille du texte Aa Aa

Et comme si cela ne suffisait pas, il y a la neige. Une neige fine qui est tombée sur le nord est du Japon, comme ici sur le petit port de pêche d’ Otsuchi. Elle recouvre toute cette zone fracassée par le tsunami, et complique un peu plus la tâche des secouristes. Les températures sont descendues jusqu‘à zéro degré.

Le froid vient s’ajouter aux conditions de survie difficile. La moitié des 17 000 habitants de la ville manquent toujours à l’appel. Beaucoup de sans- abris ont trouvé refuge dans ce gymnase. Pas d’eau courante, pas de chauffage, un peu de nourriture, Ayumi s’inquiète pour sa fille d’un an et demi: “On a un bol de soupe ou un morceau de pain à partager entre trois personnes, et quelques collations. Je me fais du souci pour ma fille, elle ne reçoit pas assez de nourriture. Mais c’est mieux que de ne pas manger du tout. “

A Kamaichi, tout près de là, ont fait la queue devant le centre téléphonique qui vient d‘être installé. On essaie de joindre des amis, des proches. Les appels sont gratuits, l’angoisse, la peine, infinies.

Chercher encore, et encore, dans les décombres. Ici, la ville portuaire de Rikuzentakata, 20 000 habitants, a été comme rayée de la carte. M. et Mme kanno recherche leur fils. Hiroyuki travaillait la bas, dans les bâtiments dévastés de la poste, ils n’ont plus de nouvelles: «Cela fait quatre ou cinq jours maintenant, ici, ce n’est pas loin de sa maison. Nous pensons qu’il ne reviendra plus maintenant. Nous commençons à perdre espoir” déplore Mme Kanno.

A Tokyo, les rues sont étonnamment calmes, vides mêmes. Les habitants se calfeutrent, ou fuient la capitale, quand ils peuvent. Ce n’est pas le cas de sayaka, que nous avons joint par téléphone: “ je devrais partir mais mais en réalité, ma soeur va avoir un bébé dans 2 semaines et elle n’est pas en état de voyager, en particulier par avion, et je sais que je dois être avec elle au moins jusqu‘à ce qu’elle accouche… ».

Des morts, des disparus, et des vies qui arrivent. Comme des lumières…. le nom donné à ce bébé né hier. Son papa, médecin a secouru nuit et jour des dizaines de blessés depuis vendredi, il est arrivé à temps pour sa naissance.