DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Méfiance des puissances occidentales sur l'application d'un cessez-le-feu en Libye

Vous lisez:

Méfiance des puissances occidentales sur l'application d'un cessez-le-feu en Libye

Taille du texte Aa Aa

La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis, qui ont poussé les Nations unies à adopter une résolution ferme, gardent une certaine méfiance.

Le gouvernement britannique s’est réuni en urgence ce vendredi, et le Premier ministre est intervenu devant le Parlement afin de définir l’intervention militaire. “Nous allons juger Kadhafi sur ses actes et non sur ses paroles, a réagi David Cameron à l’annonce d’un cessez-le-feu. Ce qui est clair, c’est que la résolution de l’ONU indique qu’il doit arrêter de brutaliser son peuple, sinon les mesures nécessaires seront prises”.

A lire : La communauté internationale face à la révolte en Libye – CHRONOLOGIE

Le gouvernement français estime pour sa part que, sur le terrain, la menace n’a pas changé. “Je recommande à tout le monde d‘être très prudent vis-à-vis de l’annonce du régime de Kadhafi, a déclaré Bernard Valéro, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Je vous rappelle tout ce qu’il a pu dire durant les trois dernières semaines, particulièrement les terribles menaces proférées contre son propre peuple. Ce n‘était pas seulement des mots mais aussi des crimes”. Quant à l’Union européenne, elle avoue s’interroger sur la véritable signification de la nouvelle position libyenne. “Les points-clés que nous examinons, a expliqué la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, c’est de voir comment renforcer nos sanctions économiques à l’encontre de la Libye, et comment intensifier notre soutien humanitaire au peuple libyen. Je suis contente que la résolution des Nations unies mentionne des sanctions contre les compagnies pétrolières libyennes”.