DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chronologie des événements depuis le 11 mars 2011

Vous lisez:

Chronologie des événements depuis le 11 mars 2011

Taille du texte Aa Aa

11 mars :
Il est 14h46 quand le Japon est frappé par le plus puissant tremblement de terre de son histoire, de magnitude 8,9. Le séisme, qui s’est produit dans le Nord-Est du pays, à une centaine de kilomètres au large de la préfecture de Miyagi, est très fortement ressenti dans une grande partie du pays, y compris à Tokyo, la capitale, où les gratte-ciels vacillent pendant de longues minutes.
La secousse est suivie d’un tsunami dévastateur. Des vagues atteignant dix mètres pénètrent parfois sur plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres. Les villes et villages côtiers sont anéantis. Les premiers bilans évoquent plus de 1.000 morts et disparus.

Transports ferroviaires, aériens et routiers sont interrompus dans toutes les provinces de l’est, Tokyo compris. Plus de 8 millions de foyers sont privés d‘électricité.
Malgré l’arrêt automatique de 11 des 55 réacteurs nucléaires du pays, les infrastructures sont endommagées, en particulier dans la centrale de Fukushima 1, à environ 240 kilomètres au nord de Tokyo.

12 mars :
La situation nucléaire s’aggrave. Pour enrayer la hausse de la pression dans le bâtiment du réacteur 1 de la centrale de Fukushima 1, le gestionnaire du site Tokyo Electric Power (Tepco) procède à des rejets volontaires de vapeur. L’opération provoque une accumulation d’hydrogène qui entraîne une explosion. Le toit du bâtiment abritant le réacteur s’effondre.
L’explosion est accompagnée de rejets radioactifs “très importants” selon l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Tepco indique que ni le réacteur, ni l’enceinte de confinement n’ont été affectés par la déflagration.
L’accident est classé au niveau 4 sur 7. Plus de 200.000 personnes résidant à proximité sont évacuées.
 
13 mars :

Le Premier ministre Naoto Kan déclare que le Japon fait face à la “plus grave crise en 65 ans, depuis la Seconde Guerre mondiale”.
Au total, 100.000 soldats et sauveteurs sont mobilisés. Les premières équipes de secours étrangères arrivent sur place. D’autres sont en route.
Une fusion partielle du coeur du réacteur 1 de Fukushima est envisagée. L’inquiétude grandit alors que les pannes touchent les systèmes de refroidissement d’autres réacteurs de la centrale.
 Des experts évoquent un risque de 70% qu’un nouveau séisme de magnitude 7 ou plus se produise dans la région de Tokyo sous trois jours.
Plusieurs Etats conseillent à leurs ressortissants de ne pas se rendre au Japon.
Face aux risques de pénurie énergétique, Tepco annonce des coupures de courant tournantes dans plusieurs régions, y-compris dans l’agglomération de Tokyo. Ces mesures vont durer plusieurs semaines prévient Tepco.

14 mars :
Alors que la puissance du séisme est réévaluée de 8,9 à 9 (soit le plus puissant au monde depuis 1900), les répliques se poursuivent, dépassant parfois 6 de magnitude.
L’alerte au tsunami est désormais levée sur les côtes nord-est du pays. Environ 2.000 corps sont découverts sur les côtes de la province de Miyagi alors que 2,6 millions de foyers sont toujours privés d‘électricité.
Sur le front du nucléaire, la situation continue de s’aggraver. Deux explosions se produisent au réacteur 3 de Fukushima 1, sans endommager le réacteur selon Tepco. Tokyo demande l’aide de l’AIEA et des Etats-Unis.
La Bourse de Tokyo chute de 6,18%, entraînant dans son sillages les Bourses d’Asie-Pacifique. De son côté, la Banque du Japon procède à la plus importante injection de liquidités de son histoire.
 

15 mars :
Nouvelle aggravation de la crise nucléaire avec une explosion dans le réacteur 2 de Fukushima puis une explosion suivie d’un incendie dans le réacteur 4.
L’AIEA estime que l’enceinte de confinement du réacteur 2 “n’est plus étanche”. Le commissaire européen à l’Energie parle d’“apocalypse” et de perte de contrôle de la situation à Fukushima 1.

Avec la hausse du niveau de radioactivité, les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres reçoivent la consigne de se calfeutrer chez elles.
A Tokyo, le taux de radioactivité augmente pendant la journée avant de redescendre.
L’aide parvient difficilement aux 500.000 sinistrés malgré le renfort des équipes de secouristes étrangers.
Le bilan officiel du séisme et du tsunami est désormais de 3.373 morts et 6.746 disparus.

Suite de la chronologie : 16, 17, 18 et 19 mars