DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chronologie des événements depuis le 11 mars 2011


Japon

Chronologie des événements depuis le 11 mars 2011

16 mars
Le réacteur 4 de Fukushima connaît une série de graves problèmes, avec notamment un nouvel incendie. Principale préoccupation, la piscine de stockage de combustible usé.
A propos du réacteur 3, le gouvernement japonais estime que l’enceinte de confinement a peut-être été endommagée et se dit prêt à demander la coopération de l’armée américaine.
La radioactivité augmente fortement avant de baisser sur le site de la centrale.
L’Empereur Akihito, dans une allocution télévisée rarissime, se dit “profondément préoccupé”. Il “prie pour la sécurité du plus grand nombre”.

Le froid et la neige perturbent les opérations de secours.
 
17 mars
Les autorités ont engagé une véritable course contre la montre afin de tenter de refroidir les réacteurs de Fukushima 1. Après une première tentative avortée à cause de taux de radioactivité trop importants, des hélicoptères entrent en scène pour déverser des tonnes d’eau de mer sur les réacteurs et les piscines de combustible usagé. Le succès de l’opération est très relatif dans un premier temps.
Aux hélicoptères succèdent ensuite des camions spéciaux de l’armée munis de lance à eau très puissantes.

Les efforts se concentrent en particulier sur le réacteur 3 car il utilise du combustible MOX, un mélange d’uranium et de plutonium, plus instable.
Bilan du séisme et du tsunami: 5.321 décès et 9.329 disparus.
 
18 mars :
La “course contre la montre” continue. Le réacteur 3 de Fukushima 1 reste prioritaire.
L’Agence de sûreté nucléaire japonaise relève de 4 à 5 sur 7 la gravité de l’accident nucléaire. Cette catastrophe est désormais classée au même niveau que Three Mile Island, aux Etats-Unis, en 1979. EN 1986, Tchernobyl avait atteint le niveau 7, le plus élevé.
Tepco, gestionnaire de la centrale, tente de reconnecter la centrale de Fukushima au réseau électrique afin de faire redémarrer, s’ils fonctionnent, les circuits de refroidissement des coeurs des réacteurs et des piscines de stockage du combustible usagé.
Le bilan de la catastrophe a officiellement dépassé celui du séisme Kobe en 1995 avec désormais au moins au moins 6.911 morts et 10.316 disparus.
Le ministère de la Santé indique qu’1,6 millions de bâtiments sont privés d’eau potable et 600.000 foyers d‘électricité.
 
19 mars
Désormais, les camions citernes équipés de puissantes lances à eau arrosent les réacteurs de la centrale en permanence.
Le rétablissement de l’alimentation électrique des réacteurs prend plus de temps que prévu.
Sur les réacteurs 5 et 6, des trous ont été percés dans les toits afin d‘éviter des explosions dues à l’hydrogène.
Le sarcophage de sable et de béton est désormais régulièrement évoqué comme solution de la dernière chance pour les autorités japonaises en cas d‘échec des efforts actuels de refroidissement des réacteurs.
Pour la première fois, des taux de radioactivité anormaux sont relevés dans du lait et des épinards produits près de Fukushima 1. A Tokyo, des traces d’iode radioactive et de césium sont détectées dans l’eau du robinet, mais à des niveaux inférieures au seuil légal. Le Japon interdit désormais formellement la vente de produits alimentaires issus de la région de Fukushima.
Plus d’une semaine après le séisme, certaines répliques dépassent encore une magnitude de 6.

Sur le plan politique, l’opposition conservatrice a rejeté l’offre du Premier ministre Naoto Kan de former un gouvernement d’unité nationale.
Les conditions de vie restent très compliquées pour les quelque 400.000 sinistrés. La construction de 200 maisons temporaires a débuté dans la préfecture d’Iwate, où un programme de 8.800 nouveaux logements a été lancé.

Début de la chronologie : 11, 12, 13,14 et 15 mars

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

La rébellion reprend la main à Benghazi et Misrata