DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etat des lieux des forces armées libyennes

Vous lisez:

Etat des lieux des forces armées libyennes

Taille du texte Aa Aa

Face à la puissance de feu de la coalition internationale, le colonnel Khadafi ne dispose que de forces limitées. D’autant plus que l’insurrection a entraîné un certain nombre de défections, en hommes et en matériel.
Avant l’insurrection, la Libye comptait en théorie 100.000 hommes, de l’artillerie lourde, des chars, des avions de guerre ainsi qu’une petite force navale.
 
Aujourd’hui, la situation est bien différente. Concernant les hommes, Mouamar Khadafi ne pourrait en réalité compter que sur 10.000 à 12.000 hommes. Il s’agirait néanmoins des troupes les mieux entraînées. Par ailleurs, les années de sanctions internationales précédant le rapprochement avec l’Occident en 2004 ont fragilisé l‘équipement militaire libyen.
 
Etat des lieux théorique des forces libyennes:
 
Armée de terre:

  • 50.000 hommes dont 25.000 appelés.
  • 800 chars (beaucoup seraient inutilisables).
  • 1.000 véhicules blindés de combat, presque autant de véhicules de transport blindés.
  • Près de 2.500 pièces d’artillerie.
  • Plus de 400 missiles sol-air.

Forces navales:

  • 8.000 hommes, gardes-côtes compris
  • 2 sous-marins de patrouille à propulsion classique de la classe Foxtrot (ils ne seraient plus opérationnels selon le magazine spécialisé Jane’s)
  • Une quinzaine de vedettes rapides
  • 3 bâtiments de surface

Armée de l’air:

  • 18.000 hommes et 394 avions de combats russes et français (beaucoup ne seraient plus opérationnels).
  • Flotte d’hélicoptères de 35 appareils d’attaque, 11 de reconnaissance maritime et 90 de transport ou transport-reconnaissance divers.
  • Plus de 200 missiles sol-air (mal entretenus, et qui ne posent pas de véritable obstacle aux opérations de la coalition internationale selon les experts).

Les bases aériennes militaires libyennes

Source : globalsecurity.org

 
Armes chimiques:
L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPWC) estime que Tripoli a détruit tout son stock dans le cadre de son rapprochement avec l’Occident en 2004, à l’exception d’environ 10 tonnes de gaz moutarde. Il serait entreposé sur un site secret dans le désert. Les experts doutent néanmoins de la capacité du colonel Khadafi à en faire usage.
 
Sources : Reuters, IISS Military Balance 2011, Institute for National Security Studies, Economist

A lire : La communauté internationale face à la révolte en Libye – CHRONOLOGIE

Coalition internationale en Libye : quelles forces engagées ?