DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye : la coalition divisée

Vous lisez:

Libye : la coalition divisée

Taille du texte Aa Aa

La coalition étrangère en Libye pourrait diminuer le nombre de ses frappes aériennes sur fond de dissensions diplomatiques. Tripoli a passé sa troisième nuit sous le feu des tirs américains et britanniques. La France, elle, survole Benghazi. Les trois pays sont engagés dans la création et la surveillance d’une zone d’exclusion aérienne contestée, notamment par la Ligue arabe, qui estime que Paris, Londres et Washington ne se bornent pas exclusivement aux termes de la résolution onusienne adoptée jeudi dernier.

- A lire : La communauté internationale face à la révolte en Libye – CHRONOLOGIE

Une résolution pour laquelle l’Allemagne n’avait pas voté. Quant à l’Italie, elle estime que ce n’est pas à l’ONU d’agir. Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, veut que l’OTAN prenne les commandes de la mission en Libye.

- A lire également :
- État des lieux des forces armées libyennes
- Revue des forces militaires de la coalition engagées en Libye

La France s’y oppose. Paris rappelle que l’Alliance ne bénéficie pas d’une bonne image auprès des pays arabes, en raison notamment de son déploiement en Afghanistan, n’en déplaise au président américain.

En visite au Chili, Barack Obama a avoué attendre que la transition du commandement à l’OTAN se fasse “dans les prochains jours, et non dans les prochaines semaines”.