DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yemen : Ali Abdallah Saleh au pied du mur

Vous lisez:

Yemen : Ali Abdallah Saleh au pied du mur

Taille du texte Aa Aa

Lâché par une bonne partie de l’armée et par les tribus les plus influentes du pays, le président yéménite propose d’avancer l‘élection présidentielle d’ici à la fin de cette année, au lieu de 2013. Au pouvoir depuis 32 ans, il avait déjà promis de ne pas se représenter à l’issue de son mandat. Mais l’opposition, elle, réclame toujours son départ immédiat.

Moins d’une semaine après la mort d’une cinquantaine d’opposants tués par des partisans du régime, les protestataires maintiennent leur sit-in sur la place de l’Université de Sanaa, la capitale.

“Nous adressons le message suivant au président :

quittez ce pays et laissez les yéménites choisir leurs représentants, lance Ahmed Mohamad Hussein Ahmed, officier militaire dissident.”

Des manifestants qui contestent aussi l’instauration de l‘état d’urgence validée ce mercredi par le Parlement. Le texte renforce notamment les pouvoirs des forces de sécurité et interdit toute manifestation.

“Dans cette tente se trouvent les journalistes libres qui ont quitté la télévision yéménite, étant donné qu’elle appartient au gouvernement, qu’elle raconte des mensonges et qu’elle trompe le public, raconte Samir Abdelwali, ancien journaliste de la télvision d‘état.”

Emmenés par une jeunesse qui a soif de liberté, les opposants appellent à un grand rassemblement ce vendredi, à l’issue de la prière hebdomadaire. Certains envisagent même de marcher sur le palais présidentiel.