DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet européen : le Portugal au coeur de la tourmente

Vous lisez:

Sommet européen : le Portugal au coeur de la tourmente

Taille du texte Aa Aa

Il est celui que l’on attendait avec fébrilité à Bruxelles. Au lendemain de l’annonce de sa démission, le Premier ministre portugais reste droit dans ses bottes. José Socrates n’a pas l’intention de quémander l’aide financière de ses partenaires européens. Mais pour la très orthodoxe Angela Merkel, le Portugal devra coûte que coûte mettre en oeuvre ce quatrième plan d’austérité que le Parlement portugais a refusé à Socrates :

“Désormais, il faut que tous ceux qui sont responsables au Portugal ou qui seront responsables demain s’engagent dans ce programme pour que la confiance des marchés puisse grandir”, a martelé la chancelière allemande.

Déjà, un chiffre circule. Le Portugal aurait besoin d’une aide de 60 à 80 milliards d’euros. Mais pour cette analyste, rien n’est joué, et il faudra d’abord en passer par des élections :

“je ne pense pas qu’il y ait un risque de défaut de la dette parce que le Portugal a une marge de financement. Le problème du Portugal est un problème de liquidités pas de solvabilité. Mais le fait est que dans l’attente d‘élections, nous allons perdre du temps. J’espère que par la suite nous gagnerons, avec un gouvernement ayant une assise plus solide au Parlement”, explique Maria João Rodrigues, du European Policy Centre.

Le sommet devait au départ servir à valider tout un arsenal contre la crise de la dette, notamment en relevant les capacités de prêts aux pays de la zone euro en déroute. Mais probablement qu’aucune décision définitive ne sera prise avant juin.

Notre correspondant, Sergio Cantone, de conclure :

“Divisés sur la Libye, les Vingt-sept s’apprêtent à affronter aussi la question de l’euro. Et là aussi, il pourrait y avoir des problèmes de dernière minute. Outre la crise portugaise, il semblerait que l’Allemagne et la Finlande soient réticentes à adopter certains volets du fonds de solidarité.”