DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Japon : le douloureux casse-tête du traitement des morts

Vous lisez:

Japon : le douloureux casse-tête du traitement des morts

Taille du texte Aa Aa

Ils sont contraints d’enterrer leurs morts dans des fosses communes. Une douleur qui vient s’ajouter à la peine de la perte d‘êtres aimés ici au Japon, ou l’incinération est un rituel incontournable. Mais confrontés à la mort de 10.804 personnes selon le dernier bilan, autorités et familles n’ont pas le choix comme l’explique cet homme qui a perdu son beau-frère à Higashima-tsushima :

“Les crémations sont impossibles. Et même si nous pouvions en faire, les équipements ne nous permettent de brûler que six ou sept corps par jour, à raison de deux à trois heures par corps. les corps vont se décomposer… Alors, nous les enterrons temporairement ici, et dans deux ou trois mois, nous les exhumerons pour les incinèrer”

raconte Masahiro Kimura.

Rien qu‘à Higashima-tsushima, une ville de 42 mille habitants, on dénombre 650 morts et un millier de disparus. Les vagues géantes ont tout balayé sur leur passage sur un rayon de 3km. Même le cimetière a été endommagé.

“Je suis si triste, c’est désolant qu’ils ne puissent pas donner de sépulture à leurs morts, je suis si triste pour ces familles en deuil…” dit ici Kiro Katakura.

Les enterrements s’enchaînent sans relâche sur des terrains aménagés par l’armée. On n’enterre que les corps identifiés et avec l’autorisation des familles.

Mais celles-ci n’auront pas fait leur deuil que lorsque l’incinération aura eu lieu. Selon le rite funéraire bouddiste, les corps des défunts sont exposés à leur domicile la tête orientée vers le nord. Après une veillée et une cérémonie funèbres, ils sont incinérés. La famille gardera les cendres dans une urne à la maison pendant des semaines, voir des mois, avant de l’enterrer.