DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Peine de mort, situation dramatique en Chine et en Iran

Vous lisez:

Peine de mort, situation dramatique en Chine et en Iran

Taille du texte Aa Aa

Quel point commun y a t-il entre la Chine, l’Arabie Saoudite, le Yémen, l’Iran, et les USA. Des pays réputés pour leurs atteintes aux droits de l’homme d’un côté, et l’exportateur de la “démocratie exemplaire” de l’autre? Ces pays-là sont les plus grands “exécuteurs” de la planète, les pays ou la peine de mort est la plus pratiquée.

Amnesty International livre aujourd’hui son rapport annuel sur la peine de mort, voici ses conclusions:

“Le monde évolue dans la bonne direction. Nous observons un soutien croissant en faveur de l’abolition. Nous avons un pays de plus en Afrique, le Gabon, qui a aboli la peine de mort, mais il y a aussi des points noirs significatifs. Les plus à blamer au monde, ce sont la Chine, mais aussi les Etats-Unis, le Yémen, l’Arabie Saoudite et l’Iran.”

La “palme” revient encore à la Chine cette année. A tel point que pour la première fois, Amnesty n’a pas voulu donner d’estimations du nombre d’exécutions puisque les chiffres officiels sont souvent loin de la réalité. On sait cependant qu’elles se comptent en milliers, se décident souvent à l’issue de procès sommaires et concernent des crimes qui vont des crimes violents au vol, en passant par la fraude fiscale et le trafic de drogue.

Dans le monde, 96 pays ont aboli la peine de mort, 34 sont abolitionnistes dans la pratique, mais 56 continuent de la pratiquer. Et parmi eux donc, l’Arabie Saoudite, 27 exécutions en 2010, les Etats unis, 46, l’Iran, au moins 252 et donc la Chine, des milliers. C’est dans ces pays qu’il y a eu l’an dernier le plus d’exécutions.

Une pratique plutôt en baisse aux Etats-Unis depuis

10 ans, alors qu’il y a quelques jours, l’Illinois est devenu le 16ème état des Etats unis à l’avoir abolie. Mais de nombreux états y recourrent toujours et le débat est régulièrement relancé. En 2010, 110 condamnations à mort ont été prononcées.

Enfin l’Iran, soupçonné aussi de minimiser les chiffres officiels, ils seraient selon Amnesty au moins le double de ceux annoncés. En Iran, on exécute par pendaison pour des motifs qui vont des crimes graves à l’homosexualité. De très jeunes hommes, parfois des adolescents sont exécutés pour ce “crime”. Des femmes aussi, régulièrement pour adultère.