DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rencontre avec l'alpiniste Simon Yates

Vous lisez:

Rencontre avec l'alpiniste Simon Yates

Taille du texte Aa Aa

“J’ai commencé à faire de l’escalade quand j’avais 14 ans… et depuis 25 ans je n’ai pas arrêté…

Je suis allé en Inde, au Pakistan, au Népal, au Kazahkstan. En Alaska, dans le Yukon, au Groenland et dans différents pays d’Amérique du Sud comme le Pérou, l’Argentine ou le Chili…

En fait la seule région où je ne suis pas allé et où j’aimerais me rendre c’est l’Antarctique.

Ici chez moi dans le Lake District, le temps est tellement variable que je n’ai pas remarqué les effets du changement climatique. Et cela fait 20 ans que je vis ici. Mais partout ailleurs c’est une autre histoire…

L’année dernière je suis allé dans les Tien Shan au Kazakhstan, sur le glacier de Inylchek. C’est un très gros glacier et je n’y étais pas retourné depuis 1998. Il n’y avait plus de neige tout comme sur les montagnes aux alentours. C‘était vraiment frappant et j’avais l’impression d‘être à un autre endroit. Et lorsque j’y étais il a plu sur mon camp de base. Auparavant il ne pleuvait jamais, il neigeait tout le temps !

J‘étais au Pakistan en 2007 et je n‘étais pas retourné dans la vallée du Glacier Baltoro, un très long glacier qui mène au K2, le deuxième plus haut sommet du monde. Ce glacier c’est plusieurs kilomètres de large et 100 km de long. Je n‘étais pas retourné là-bas depuis 15 ans et le glacier était beaucoup plus bas. Il y avait aussi beaucoup moins de neige sur les montagnes aux alentours.

Le plus frappant pour moi ca a été en Terre de Feu. J’y suis allé trois semaines. C’est un endroit où il ne fait jamais très beau. Il y a vraiment beaucoup de vents et de pluie. Et durant cette période de trois semaines je n’ai eu que deux jours de pluie et les températures étaient incroyables. Il faisait 25 degrés et je crois que lors de mes précédentes visites la plus haute température que j’ai pu avoir en été c‘était probablement 15 degrés. Et ca c’est un changement significatif !

Pour nous, avec le changement climatique, l’escalade devient peut être moins difficile et nous souffrons surement moins. Mais cela peut devenir plus dangereux. Si vous vous attendez à un manteau neigeux en montagne et qu’en fait il n’y a rien vous pouvez être confronté à des chutes de pierre… ce qui est beaucoup plus dangereux…”

:http://www.mountaindream.co.uk