DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fukushima, ville morose le jour, ville fantôme la nuit

Vous lisez:

Fukushima, ville morose le jour, ville fantôme la nuit

Taille du texte Aa Aa

Son nom sera à jamais associé à la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl. Fukushima se trouve à environ 65 kilomètres de la centrale. Ici, comme dans toute cette région sinistrée, la vie est mise sur pause depuis le 11 mars. Si la journée les habitants tentent de vaquer à leurs occupations, le soir les rues ont des allures d’hiver nucléaire. Froides, vides, sombres.

“La journée il y a toujours des gens, raconte Futoshi, mais la nuit personne ne sort. A Fukushima les gens avaient l’habitude d’aller boire un verre, plus maintenant. On ne peut même pas aller faire de courses, et même si on va dans un bar ils ferment à 10 heures pour économiser de l‘énergie”.


A LIRE :


En première ligne, les commerçants n’ont pas le moral, l’avenir est sombre. Shigeru Matsuura ne se fait pas d’illusions : “Tout le monde a peur alors ils rentrent tôt et ne veulent plus sortir de chez eux. Je pense que 30% des bars devront fermer”.

Découvrez notre dossier

Dans la région de Fukushima, les risques liés aux radiations sont dans tous les esprits. Et à chaque jour qui passe, les habitants réalisent un peu plus qu’un retour à la normale se comptera en mois, en années.