DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gbagbo et Ouattara : deux hommes que tout oppose

Vous lisez:

Gbagbo et Ouattara : deux hommes que tout oppose

Taille du texte Aa Aa

Le milieu d’abord : modeste pour Gbagbo, aisé pour Ouattara. L’idéologie ensuite : Gbagbo est socialiste, Ouattara libéral. Le premier est catholique, le second musulman. Et tandis que Gbagbo joue de l’anticolonialisme, Ouattara embrasse les consignes du FMI, son ancien employeur.

La mort du père de l’indépendance en 1993 va les rapprocher, contre toute attente.

Félix Houphouët-Boigny avait fait de l‘économiste Ouattara son Premier ministre. Le syndicaliste Laurent Gbagbo était son pire ennemi, le poil à gratter du régime.

Mais ils ont un ennemi commun : Henri Konan Bédié, le successeur d’Houphouët-Boigny. Gbabgo et Ouattara s’unissent au sein du Front républicain et boycottent la présidentielle de 1995 pour tenter de lui barrer la route. Mais ils devront ronger leur frein quatre ans de plus.

En 1999, tous deux applaudissent le putsch du général Gueï qui renverse Henri Konan Bédié.

Pour autant, Ouattara et Gbagbo nourrissent des ambitions personnelles même s’ils disent répondre aux aspirations du peuple.

Alassane Ouattara est exclu du scrutin présidentiel d’octobre 2000 au prétexte qu’il n’est pas ivoirien à 100%. Sa mère est en effet originaire du Burkina Faso. La voie est libre pour Laurent Gbabo. Il est élu avec plus de 52%. Alassane Ouattara ne le lui pardonnera pas.

D’ailleurs, quand il déjoue la tentative de coup d’Etat de novembre 2002, le désormais président Gbagbo est convaincu qu’Alassane Ouattara a tenté de prendre sa revanche. Ce dernier a toujours nié être impliqué. 2002 consacre la rupture entre les deux hommes.

Une rivalité entretenue par leurs épouses. L’une est Française, a fait fortune dans l’immobilier et mis celui-ci au service de l’ambition de Ouattara, son mari. L’autre est l‘égérie et le numéro 2 du parti de Gbagbo; ancienne camarade de lutte, elle est considérée comme la dure du régime. A travers elles ressort l’antagonisme entre Gbagbo et Ouattara, entre le villageois ancré dans la culture africaine et le chantre de la mondialisation.