DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Urgence humanitaire à Abidjan - témoignage

Vous lisez:

Urgence humanitaire à Abidjan - témoignage

Taille du texte Aa Aa

A l’enlisement militaire, vient s’ajouter l’urgence humanitaire à Abidjan.

Des cadavres jonchent les rues de cette ville jadis prospère, livrée aux pillards. L’eau et l‘électricité sont souvent coupées. Les réserves de nourriture s‘épuisent.

Nous avons recueilli le témoignage téléphonique d’un homme d’affaires qui vit dans le quartier d’Adjané, dans le nord de la ville. Il a souhaité garder l’anonymat.

“Il y aura sûrement une crise humanitaire, les gens se lèvent tôt le matin pour circuler. Ils se promènent avec des bidons pour chercher de l’eau par ci et par là. Ce n’est pas facile quoi, ce n’est pas facile.

Disons que ça va faire quatre jours que nous n’avons pas d’eau. D’abord, heureusement qu’on n’a pas de bébé avec nous, pas d’enfant avec nous. On a pu évacuer ceux qu’on pouvait évacuer. Il n’y a que des adultes. Et en effet, on gère avec ce qu’on a, petit à petit. On ne prend pas de douche. On évite de gaspiller de l’eau. On va en chercher… Il y a des points d’eau. Souvent, il y a des gens qui ont des pompes qui tirent de l’eau, vous voyez.

On attend. On veut être évacué. On ne sait pas à quoi s’attendre. On appelle les forces françaises mais ça ne passe pas, il n’y a pas de réseau. Je suis étonné que vous ayez pu nous joindre… Je suis vraiment étonné, puisque il n’y a pas de réseau, pas d’internet, pas de connexion…

On attend. On a beaucoup d’autres amis ici qui souhaitent se faire évacuer. On ne sait pas, on ne sait pas s’il y a une crise qui va vraiment se dégrader… Là, peut-être qu’il va y avoir des pillages pour pouvoir se nourrir.”