DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Conseil de l'Europe : l'heure du bilan pour la Turquie

Vous lisez:

Conseil de l'Europe : l'heure du bilan pour la Turquie

Taille du texte Aa Aa

Le Conseil de l’Europe est actuellement placé sous le signe de la Turquie.

Le président de l’assemblée parlementaire est turc et c’est aussi la Turquie qui préside le comité des ministres (depuis novembre et jusqu’au 11 mai). Après cinq mois aux commandes, c’est presque l’heure du bilan.

Le président de l’Assemblée, Mevlüt Çavuşoğlu, a bien voulu répondre aux questions d’euronews : “La Turquie a été encouragée à contribuer aux valeurs européennes et au travail des institutions européennes plus activement ces derniers temps, et la présidence du Conseil de l’Europe est un exemple de cette contribution”.

Mais cela ne fait pas de la Turquie un élève modèle sur tous les plans. Elle est même le pays le plus condamné par la cour européenne des droits de l’Homme, le bras juridique de l’organisation.

Le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe explique ce qui le préoccupe en Turquie. Thomas Hammarberg : “L“un des problèmes est que certaines décisions de la Cour n’ont pas été appliquées, prises en compte par les autorités, donc il y a encore des progrès à faire”.

On dit souvent du Conseil de l’Europe, une organisation paneuropéenne de 47 états membres, qu’il est l’antichambre de l’Union européenne.

La Turquie en est un membre fondateur, pour autant ses négociations d’adhésion à l’Union européenne sont complètement figées depuis près d’un an.