DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abidjan n'est pas encore pacifiée, malgré l'arrestation de Gbagbo

Vous lisez:

Abidjan n'est pas encore pacifiée, malgré l'arrestation de Gbagbo

Taille du texte Aa Aa

La violence n’a pas cessé avec l’arrestation de Laurent Gbagbo et la peur continue de régner dans de nombreux quartiers de la capitale. Beaucoup d’Ivoiriens ont choisi de partir. Les autres restent enfermés chez eux. Un homme d’affaires iranien qui vit dans un quartier proche des sièges des chaînes de télévision et souhaite rester anonyme témoigne : “Cela fait maintenant 12 jours qu’on ne sort pas de chez nous. On a toujours nos provisions. On a 20 kilos de riz, de pommes de terre, mais les magasins près de chez nous, ça ne fait que quelques jours qu’ils sont quasiment ouverts, une demi-journée. Les gens font la queue pour pouvoir entrer et acheter, mais il ne reste pas beaucoup de choses. Depuis l’arrestation de Gbagbo on a entendu quelques coups de feu. Mais comme aujourd’hui on n’est pas sortis, on a pas su de quoi il s’agissait.”

Malgré l’appel d’Alassane Ouattara à la cessation des violences, les représailles menacent les Ivoiriens, qu’ils soient pro-Gbagbo ou favorables au nouveau chef de l’Etat. Pendant ce temps, la situation humanitaire continue de se détériorer.