DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accidents nucléaires : les 7 niveaux de l'échelle Ines

Vous lisez:

Accidents nucléaires : les 7 niveaux de l'échelle Ines

Taille du texte Aa Aa

Frappée par une vague géante le 11 mars, la centrale de Fukushima se trouve privée de ses systèmes de réfrigération. Une série de défaillances va provoquer des émissions radioactives que TEPCO n’arrive pas à arrêter. L’accident est d’abord classé niveau 4. Cela veut dire qu’il y a eu une émission mineure de radioactivité avec des conséquences locales. Il sera relevé ensuite au niveau 5, puis ce mardi au niveau 7, le plus élevé sur l‘échelle des événements nucléaires et radiologiques, INES.

Celle-ci mesure la gravité des incidents et accidents de 0 à 7, à chaque niveau supplémentaire, la gravité est multipliée par 10. L‘échelle concerne seulement des événements dans des installations civiles.

Jusqu‘à ce jour, Tchernobyl trônait tout seul en haut de l‘échelle. L’explosion le 26 avril 1986, du réacteur numéro 4 de la centrale ukrainienne, à l‘époque encore soviétique, avait projeté 200 tonnes de rejets radioactifs et tué 31 personnes. 135 mille personnes ont dû être évacuées, le nuage radioactif atteint l’Europe et une partie de la Russie.

En 1979, l’accident de la centrale américaine de Three Mile Island, lui avait été classé niveau 5, soit avec des conséquences hors du site, et nécessitant des contre mesures sanitaires. Le coeur du réacteur no 2 avait partiellement fusionné, provoquant un nuage radioactif de 30km carrés sans faire de morts. 140 mille personnes avaient été évacuées.

Classé niveau 5 également, l’accident de Goiânia au Brésil le 13 septembre 1987 fera 4 morts et 240 blessés. Il avait été provoqué par un appareil de radiothérapie abandonné dans la ville.

Le niveau 4 s’applique à des accidents n’entraînant pas de risques importants hors du site, comme Tokaimura, au Japon, en 1999. Une fuite d’uranium dans une centrale nucléaire tue deux employés et irradie 438 personnes.

Incident grave, niveau 3, c’est le cas de Fleurus, en Belgique, le 23 août 2008. A la suite d’une fuite d’iode radioactif dans un laboratoire, la consommation de fruits et légumes des potagers environnants sera déconseillée sur un périmètre de 5km.