DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Comment les médias choisissent-ils de couvrir certains conflits ?

Vous lisez:

Comment les médias choisissent-ils de couvrir certains conflits ?

Taille du texte Aa Aa

Franck, Lyon (France) :

“Ma question porte sur le traitement de l’information. L’actualité aujourd’hui est remplie par les problèmes en Libye et tous les problèmes qu’il y a dans le monde arabe. Par contre, on a totalement occulté ce qui se passe en Côte d’Ivoire… “

Gianni Rufini, Université de York, Royaume Uni :

“Ce problème est ancien : il y a toujours eu un énorme impact des media sur les crises, sur les réponses internationales aux crises humanitaires.”

“Cela remonte à l‘époque de la crise au Biafra qui a déterminé le grand succès international de Médecins sans Frontières, jusqu‘à la crise en Ethiopie, la famine en Ethiopie en 1984-1985.”

“Il y a des pays qui n’intéressent personne et il y a des pays qui sont toujours très intéressants, le Moyen-orient par exemple. Malheureusement, un continent comme l’Afrique ne semble pas avoir un intérêt général pour les media.”

“La crise humanitaire la plus grave actuellement, c’est celle de la République démocratique du Congo, complètement oubliée par les médias internationaux. Même chose pour la Somalie, un pays qui a été abandonné il y a 15 ans par les médias et par la politique internationale.”

“La réponse humanitaire dépend de l’impact de cette crise sur les médias. Ce qui pose évidemment un grand problème et de grandes responsabilités sur les directeurs de journaux et de la télévision parce que la décision qu’ils vont prendre de suivre ou non, peut déterminer l’intensité de la réponse humanitaire et par conséquent, peut déterminer s’il y aura des vies qui seront sauvées ou non.”