DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'art des peuples dogon se dévoile au musée du Quai Branly

Vous lisez:

L'art des peuples dogon se dévoile au musée du Quai Branly

Taille du texte Aa Aa

Avant le Mali, bien avant le Mali, il y avait le pays dogon, dont la production artistique est particulièrement appréciée. Alors le musée du Quai Branly à Paris nous propose un petit voyage à travers la richesse artistique de ces peuples. Provenant de collections occidentales, ce sont près de 350 oeuvres qui sont exposées là.

Figurines, sculptures, masques, objets de culte, objets du quotidien offrent un large panorama sur l’histoire de l’art et de la culture dogon.

“La manière dont l’art africain reconstruit la réalité, le masque par exemple, et l’utilisation d’un nombre très limité de couleurs comme le noir, le blanc et le rouge, qui sont toujours de nature plus ou moins minérale, les gens sont réceptifs à cela aujourd’hui, ils arrivent à ressentir la qualité de tout cela”, explique Hélène Joubert, spécialiste de l’art dogon et commissaire de exposition.

L’exposition se découpe en trois parties : 133 sculptures pour planter le décor. Viennent ensuite peintures rupestres et masques, quand l’occident a commencé à découvrir l’art dogon. Enfin 140 objets du quotidien reflètent les réflexions métaphysiques et esthétiques des peuples dogons.

“Il nous a fallu un certain temps pour comprendre également comment les choses étaient conceptualisées à travers l’esthétique africaine mais je crois que oui, les artistes sont aujourd’hui très séduits par l’art africain”, commente Hélène Joubert.

L’art dogon, dont les traces remontent jusqu’au Xe siècle, est aujourd’hui considéré comme un pilier de l’art africain. L’exposition est à découvrir jusqu’au 24 juillet.