DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les rebelles de Misrata en appellent à l'OTAN

Vous lisez:

Les rebelles de Misrata en appellent à l'OTAN

Taille du texte Aa Aa

Assiégés et en proie aux attaques: à Misrata, les rebelles tentent de défendre leurs positions et de gagner du terrain sur les forces loyales au colonel Kadhafi.

Un défi qui depuis quelques jours relève de l’exploit car en face, l’usage des bombes à sous-munitions s’est banalisée. Les bombes à sous-munitions, ce sont ces armes susceptibles d’engendrer de graves blessures, et de conduire à des amputations. Leur usage est d’ailleurs interdit par les conventions internationales.

Chez les rebelles, aucun militaire de carrière, à l’exception du chef, le commandant Salah Badi. Pour cet ancien pilote de Mirage 5 de l’armée libyenne, les frappes de l’OTAN devraient arriver plus vite.

“Depuis un mois, j’ai appelé au moins 10 fois pour donner à l’OTAN les coordonnées de cette position, et depuis rien du tout.”

En près de 6 semaines de combat, le bilan atteint désormais les 1000 morts rien que pour Misrata, 80% d’entre eux étant des civils. Le nombre de blessés dépasse lui les 3000.

En visite à Benghazi, fief des insurgés, Valerie Amos, la chef des opérations humanitaires de l’ONU s’est dite alarmée.

“Je suis extrêmement préoccupée par la situation là-bas, et j’espère vraiment que les choses vont bientôt s’améliorer en terme de sécurité pour nous permettre d’entrer dans Misrata. Personne n’est en mesure de décrire l’ampleur de ce qui se passe là-bas.”

Une situation qui semble tourner à l’enlisement.

Tout le monde à Misrata se trouve désormais sur la ligne de front.

Plus aucun édifice n’est à l’abri des attaques. Pas même les hôpitaux, comme le montre une video amateure tournée ce dimanche.