DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Misrata, champ de bataille de l'ouest libyen

Vous lisez:

Misrata, champ de bataille de l'ouest libyen

Taille du texte Aa Aa

Elle est la dernière ville de l’Ouest libyen encore tenue par une insurrection dont la progression n’a été que de 200 mètres ces derniers jours. A Misrata, les rebelles tentent tant bien que mal de défendre leurs positions et de gagner du terrain sur les forces loyales au colonel Kadhafi.

Aucun militaire de carrière chez ces hommes, à l’exception de leur chef, le commandant Salah Badi.

Cet ancien pilote de Mirage 5 de l’armée libyenne regrette que les frappes de l’OTAN n’interviennent pas plus tôt.

“Depuis un mois, j’ai appelé au moins 10 fois pour donner à l’OTAN les coordonnées de cette position, et depuis rien du tout.”

En près de 6 semaines, les combats auraient déjà fait 1000 morts rien qu‘à Misrata, 80% d’entre eux étant des civils. Le nombre de blessés dépasserait lui les 3000 personnes, selon des sources médicales.

Une situation désespérée qui a conduit l’OIM, l’Organisation internationale des migrations, à évacuer par la mer près d’un millier de personnes bloquées dans le port de la ville. La Grande-Bretagne prévoit quant à elle de financer l‘évacuation de 5000 travailleurs étrangers par bateau.

L’opération devrait être confiée à une ONG.

(De son côté, le gouvernement Kadhafi aurait consenti un geste en acceptant que les Nations unies fournissent une aide humanitaire aux 300.000 civils de Misrata, soumis au siège et aux bombardements depuis une cinquantaine de jours.)