DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tchernobyl : une arche géante d'1,5 milliard d'euros

Vous lisez:

Tchernobyl : une arche géante d'1,5 milliard d'euros

Taille du texte Aa Aa

26 avril 1986 : le réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl explose. Une catastrophe sans précédent. Les autorités soviétiques improvisent.

Elles décident de faire recouvrir le bâtiment détruit par un “sarcophage”.

De la hauteur d’un immeuble de 20 étages, la structure de métal et de béton est toujours sur pied aujourd’hui. Mais elle présente des fissures : “Aujourd’hui, le sarcophage et tout ce qui est proche de lui représente un sérieux danger pour la santé des personnes” a dit Igor Gramotkin, directeur du site.

En 2007, deux entreprises françaises, Vinci et Bouygues, sont chargées de la construction d’une nouvelle enceinte de protection. L’objectif est double :

“Cette enceinte aura deux fonctions: la première sera de protéger le site durant le démantèlement,

afin d’empêcher la poussière radioactive de s‘échapper dans l’air. Et sa seconde fonction, ce sera d’amener une énorme grue en dessous de l’arche pour démanteler le site” explique ici Pierre Berger, le représentant de Vinci.

Pharaoniques, les travaux ont commencé en 2010. Ils devraient s’achever en 2015, avec trois ans de retard sur le calendrier initial. Le démantèlement devrait quant à lui durer 50 ans.

La structure est conçue en forme d’arche géante de 108 mètres de haut sur 162 mètres de long et 257 mètres de large – deux couches de métal et de matériaux composites séparées par un coussin d’air.

Assemblée à côté du réacteur, l’arche de 23.000 tonnes sera ensuite glissée sur des rails au-dessus du sarcophage existant. En théorie, elle sera étanche pendant cent ans. Coût de l’opération : 1,5 milliards d’euros.

Restera à régler le problème des 2 millions de tonnes de déchets radioactifs actuellement stockés à l’air libre (dont 9 tonnes de plutonium et 20 d’uranium.)

Un nouvel entrepôt a bien été construit par le français Areva, mais des défauts de conception empêchent son exploitation.