DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tunisie : non-lieu pour la policière accusée d'avoir giflé Bouazizi

Vous lisez:

Tunisie : non-lieu pour la policière accusée d'avoir giflé Bouazizi

Taille du texte Aa Aa

Ses collègues policiers ont eu gain de cause. Fédia Hamdi a obtenu un non-lieu. Fédia, c’est cette policière qui avait été accusée d’avoir giflé un vendeur ambulant de fruits et légumes en Tunisie mi-décembre. Selon les témoins, la policière n’avait pas giflé Mohamed Bouazizi.

Mohamed, un jeune homme de 23 ans, s‘était immolé par le feu après son interpellation. Son geste déclenchera à Sidi Bouzid la révolte populaire qui devait faire chuter le régime de Ben Ali.

Avant l’annonce du verdict, la famille de la victime avait retiré sa plainte, dans “un geste de pardon”.

Mohamed Bouazizi travaillait sur un marché, malgré ses diplômes universitaires. Le jeune homme s‘était vu confisquer sa marchandise, parce qu’il n’avait pas de permis. Lui ne supportait plus les policiers corrompus.

Il a succombé à ses brûlures le 4 janvier, dix jours plus tard, le président Ben Ali fuyait le pays, mettant fin à des décennies d’oppression.