DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

EXCLUSIF - Mahmoud Abbas : nous saisirons les Nations Unies en septembre


interview

EXCLUSIF - Mahmoud Abbas : nous saisirons les Nations Unies en septembre

Mahmoud Abbas est plus déterminé que jamais à proclamer un Etat palestinien. Avant de mettre le cap sur l’Europe en quête de soutiens, le Président de l’Autorité palestinienne nous a reçu à Tunis :

Mohamed Shaikhibrahim, euronews : “ Monsieur le Président, bienvenue sur euronews. “

Mahmoud Abbas : “ Bonjour et merci. “

euronews : “ L’administration américaine a échoué à mettre fin à la politique de colonisation dans les territoires palestiniens. Elle a utilisé son droit de véto pour s’opposer à une condamnation d’Israël par le Conseil de sécurité. Alors, comptez-vous encore sur les Etats-Unis pour faire avancer le processus de paix ? “

Mahmoud Abbas : “ Indépendamment du recours au droit de véto, nous savons que les Etats-Unis ne sont pas neutres dans ces négociations, notamment lorsqu’ils ont recourru au droit de véto. Ils ont pourtant demandé le gel des colonies. Cela dit, nous nous adressons au reste du monde et sommes liés au Quartet. Il y a quatre parties impliquées : la Russie, l’Union européenne, les Etats-Unis et les Nations Unies. Nous sommes liés à ces acteurs et nous ne pouvons pas dire que nous ne voulons pas de tel ou tel acteur, car en fin de compte, ce sont eux qui représentent et défendent la légitimité internationale. Souvenons-nous qu’après l’utilisation du véto par les Etats-Unis, le Conseil de sécurité a publié une déclaration par le biais du représentant britannique au nom du Royaume-Uni, et la France, l’Allemagne, puis l’Italie et l’Espagne l’ont soutenue. Nous sommes entièrement d’accord avec son contenu, car elle exige le gel total des colonies et se réfère à la légimité internationale.”

euronews : “ Qu’attendent les autorités palestiniennes de l’Union européenne ? “

Mahmoud Abbas : “ L’Union européenne nous fournit des aides financières. Soit au nom de l’Union soit au nom des Etats membres qui ont des relations avec nous. Et nous apprécions grandement ce geste de générosité. Mais nous réclamons constamment un positionnement politique de l’Union. Jouer le rôle de bailleur de fonds uniquement ne suffit pas. Nous lui demandons d’avoir une réelle position politique. Et elle s’est manifestée dernièrement, plus d’une fois, à travers ses communiqués. Nous lui demandons donc de maintenir ses positions. Nous ne voulons pas que l’Union européenne se substitue aux Etats-Unis car ce serait excessif de notre part. Ce que nous demandons à l’Union européenne, c’est de soutenir le processus de paix et de prendre le leadership du Quartet dans ses efforts de paix. “

euronews : “ Israël a exigé que vous reconnaissiez la judaïcité de l’Etat hébreu. Que signifie cette exigence pour vous, et pourquoi avez-vous refusé ? “

Mahmoud Abbas : “ Notre position est un refus total et catégorique. Mais nous reconnaissons l’Etat d’Israël. Ce n’est pas parce qu’il leur vient quelque chose à l’idée que nous devons l’accepter. C’est peut-être pour faire obstacle aux négociations qu’ils ont émis cette exigence. Nous leur avons dit non, nous n’accepterons jamais. “

euronews : “ Est-ce que vous avez l’intention de proclamer l’Etat palestinien unilatéralement malgré les menaces israéliennes ? “

Mahmoud Abbas : “ Pour commencer, nous ne proclamons pas cet Etat unilatéralement. Nous disons simplement que nous allons saisir les Nations Unies. Pourquoi les avons-nous saisies dernièrement ? C‘était sur la question de la colonisation, parce que toutes les portes s‘étaient fermées devant nous. Alors, vers qui nous tourner ? Quelle est l’instance habilitée dans le monde à recevoir les doléances d’un peuple opprimé ? Ne s’agit-il pas des Nations Unies ? Lorsque nous saisissons les Nations Unies, ce n’est pas une décision unilatérale. Non, je vais aux Nations Unies pour faire valoir mes droits. Sur quelles bases a été fondé Israël ? Israël a été fondé sur la base de la résolution 181 de l’Assemblée générale. Pourquoi ne dit-on pas alors que cela a été une décision unilatérale ?

Les procédures unilatérales, ce sont la politique de colonisation et le fait de dénaturer le pays. C’est cela que l’on peut qualifier d’unilatéral. Nous irons en septembre prochain devant les Nations Unies. Je ne dis pas qu’il y a une promesse claire et nette, mais il y a une parole du président Obama qui est nette et claire : je veux voir en septembre prochain un Etat palestinien à part entière, a-t-il dit. Et le mois de septembre approche. Par ailleurs, le Quartet a confirmé que les négociations qui avaient débuté en septembre dernier se termineraient bien en septembre de cette année. Et nous sommes allés aux Etats-Unis en septembre, mais Monsieur Netanyahou a refusé d’entamer les négociations parce qu’il a refusé de geler la colonisation. Si les négociations devaient se dérouler de septembre à septembre et si d’ici septembre prochain, nous n’avons toujours aucune discussion sérieuse sur des questions primordiales comme les frontières, la sécurité, Jérusalem, l’eau, les réfugiés et d’autres questions tout aussi importantes, nous saisirons les Nations Unies. Nous leur demanderons quel est leur avis ? Quelle est leur position ? Qu’allons-nous faire ? Ceci est notre droit et ce n’est pas une décision unilatérale. “

euronews : “ Quelles sont les revendications palestiniennes pour reprendre les négociations ? “

Mahmoud Abbas : “ Deux choses : premièrement, accepter les résolutions internationales qui stipulent que les frontières des territoires occupés sont les frontières de 1967, en prenant en considération toutes les propositions d‘échanges de territoires égaux en superficie et en valeur. Et la question de la sécurité également. Il n’y aura pas d’Israéliens dans le nouvel Etat, une fois qu’il aura été proclamé. Mais je ne suis pas contre l’idée d’accepter une partie tierce, une force internationale. La deuxième chose, c’est le gel total de la colonisation. “

euronews : “ Concernant les affaires intérieures, qu’est-ce qui empêche la réconciliation des Palestiniens ? “

Mahmoud Abbas : “ Le principal obstacle – sans accuser qui que ce soit – vous savez, j’ai annoncé et présenté une initiative le 16 mars. Et j’ai dit que j‘étais prêt à aller à Gaza afin de constinuer un gouvernement de technocrates et d’indépendants. Ce gouvernement aura deux missions : reconstruire Gaza et fixer une date pour les élections. Tout le monde a accepté, sans exception, mais le Hamas n’a pas donné de réponse positive jusqu‘à présent. Dès que le Hamas aura dit oui, j’irai à Gaza pour régler ce problème en 24 heures et mettre cela en route pour avancer, mettre un terme aux dissensions. Qui est responsable ? Peut-être pourriez-vous me répondre. “

euronews : “Pensez-vous que c’est dû aux ingérences régionales ? “

Mahmoud Abbas : “ Pensez aux raisons possibles, vous découvrirez que ce sont les bonnes. “

euronews : “ Pensez-vous à l’Iran ? “

Mahmoud Abbas : “ Nous ne voulons pas nous répéter. Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises. Je suis tenu de ne pas faire de déclarations nuisant au Hamas car nous avons un accord pour ne pas entrer dans ce genre de campagne médiatique. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

interview

Lele Mora : "bunga-bunga était juste une blague"