DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye: les réactions à la mort des deux photographes

Vous lisez:

Libye: les réactions à la mort des deux photographes

Taille du texte Aa Aa

Quatre journalistes tués et plusieurs portés disparus. C’est le bilan encore provisoire de la guerre en Libye dans les rangs des médias. A Benghazi, sur le bâtiment qui fait office de centre de presse, les portraits des victimes. A cette liste s’ajoute les noms de Tim Hetherington et Chris Hondros. Ces deux photographes, l’un britannique, l’autre américain, sont morts mercredi à Misrata.

Les autorités libyennes déplorent ces décès, tout en parlant d’“accident”. “C’est la guerre, lance Moussa Ibrahim, on ne peut pas circuler partout librement, il y a un vrai danger. On avait fait les mises en garde”.

Autre réaction, celle de Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation Reporters sans frontières. “Ce qui est très clair, souligne-t-il, c’est que les dirigeants libyens ne veulent pas que les journalistes travaillent librement, ils ne tiennent pas à ce que des journalistes relatent de manière indépendante ce qui se passe”.

Les corps des deux journalistes tués à Misrata ont été transférés par bateau vers Benghazi. De là, ils seront rapatriés vers la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.