DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tchernobyl : le bilan sanitaire fait toujours débat

Vous lisez:

Tchernobyl : le bilan sanitaire fait toujours débat

Taille du texte Aa Aa

25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, le bilan sanitaire fait toujours débat. Selon Kiev, 5 millions d’ukrainiens, de Bélarus et de Russes ont été affectés. L’ONU ne reconnaît que 50 morts directs et 6.000 cas de cancers de la thyroïde.

Le docteur Ausrele Kesminiene co-dirige le Centre international de recherche sur le cancer basé à Lyon, en France. Lituanienne, elle a traité des liquidateurs de Tchernobyl en 1991 à Vilnius. Elle parle au micro d’euronews.

“La principale conséquence de l’accident de Tchernobyl, c’est l’augmentation du nombre de cancers de la thyroïde chez les sujets exposés, enfants et adolescents.”

“Des études ont montré l’augmentation des anomalies chromosomiques chez les enfants nés de parents qui ont participé aux opérations de nettoyage sur le site de Tchernobyl.”

“Nos études sur les liquidateurs de Tchernobyl ont montré l’augmentation du risque de cancers du sang, de cancer de la thyroïde et bien sûr l’anxiété a joué un rôle important. (…/…) Les taux de suicide sont bien plus élevés parmi les liquidateurs, comparé au reste de la population du même âge.”

“La plupart d’entre eux étaient des réservistes de l’armée. Ils n’ont pas eu le choix. Ils ont été envoyés sur le site sans aucune information sur les mesures de protection et sur les risques sanitaires.”

“Quand ils sont revenus, nous mêmes, en tant que médecins, n‘étions pas non plus informés. J’ai commencé à me former moi-même, à chercher des informations, et ce que j’ai pu trouver était principalement basé sur les études portant sur les survivants d’Hiroshima et Nagasaki.”

“Si l’on veut vraiment savoir ce que seront les conséquences de l’accident de Fukushima, il est très important de surveiller la population, de sorte que cette information soit correctement enregistrée, archivée et conservée.”